03 52 99 00 00 (non surtaxé) ou service client (réponse sous 4H)

L'espace de documentation sur l'agriculture,
pour vous aider sur votre exploitation !

L’espace de documentation, 100% gratuit,
pour vous aider sur votre exploitation !

Plan d'action du gouvernement sur les phytos
Actualités

Plan Ecophyto 2030 : le gouvernement présente un plan d’action afin de réduire les pesticides

Date de publication : 06/05/2024

Un plan d’action controversé

Aujourd’hui lundi 6 mai sera présenté le « Plan Ecophyto 2030 », dont l’objectif est de réduire l'usage de pesticides sur les territoires agricoles français. La mesure principale de plan d’action est la mise en place d'un nouvel indicateur, qui fut réclamé par les agriculteurs, bien que discuté par les associations de défense de l'environnement.

Cette nouvelle stratégie, que l'AFP a pu consulter, maintient l'objectif de réduction de 50% des produits phytosanitaires d'ici 2030, qui avait pour le peu, on peut le dire, échoué de le premier Plan Ecophyto de 2008. La période de référence utilisée est dorénavant la moyenne des années de 2011 à 2013 (2015 à 2017 auparavant).

Elle "acte un changement de méthode" et "fixe des objectifs de réduction des risques et des usages de produits phytopharmaceutiques, tout en donnant à tous les agriculteurs les moyens de cette transition".

Dans ce sens, une enveloppe de 250 millions d'euros est dédiée à la recherche de solutions alternatives, notamment pour les produits de biocontrôle, ainsi qu’à l'accompagnement des agriculteurs dans le changement de pratiques, reprenant les demandes (légitimes) des agriculteurs: "pas d'interdiction sans solution".

Mais la mesure qui attire l’attention sera bien, comme promis par le Premier ministre Gabriel Attal, le changement de l'instrument de mesure des usages : fini le Nodu, ce sera désormais le HRI1, l'indicateur européen de risque harmonisé, qui fera référence.

Le Nodu, qui est calculé en hectares, divise les quantités de substances actives vendues par leur dose de référence. Le HRI1 est quant à lui un indice obtenu en multipliant les volumes de substances actives vendues par des "coefficients" censés refléter la dangerosité des divers pesticides, ne tenant pas compte des doses d'application.

Selon les schémas présentés dans la nouvelle stratégie Ecophyto, le calcul du HRI1 fait déjà apparaître une diminution de près de 40% de l'usage des pesticides entre 2011 et 2024.

Des changements de résultats significatifs

Cependant, selon les différentes ONG, un "changement de thermomètre" ne fait pas baisser la fièvre. Générations Futures qualifie la baisse des pesticides affichée par le HRI1 (-32% entre 2011 et 2021) comme "trompeuse", alors que le Nodu faisait, lui, apparaître une hausse de 3% sur la même période. Le gouvernement quant à lui, défend ce changement au nom de la "cohérence" européenne.

"Je ne dis pas que le HRI1 est parfait, mais il a le mérite d'exister", a expliqué la ministre déléguée à l'Agriculture Agnès Pannier-Runacher dans une interview à La Tribune Dimanche, confirmant avoir "demandé à l'Institut national de recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement (INRAE) de travailler avec ses homologues européens pour faire des propositions afin d'améliorer, le cas échéant, le HRI1". Le premier bilan sera fait "d'ici à la fin de l'année", a-t-elle indiqué.

Par ailleurs, Mme Pannier-Runacher a annoncé qu'elle allait "proposer un texte de loi début juillet sur les [produits] phytosanitaires", le but étant notamment de supprimer l'obligation imposée aux agriculteurs de réaliser un "conseil stratégique" afin de réfléchir à leurs pratiques en matière d’utilisation de produits phytosanitaires.

Thomas

Thomas, Rédacteur
chez Agriconomie.