03 52 99 00 00 (non surtaxé) ou service client (réponse sous 4H)

L'espace de documentation sur l'agriculture,
pour vous aider sur votre exploitation !

L’espace de documentation, 100% gratuit,
pour vous aider sur votre exploitation !

Salon de l'agriculture de Beauvais
Actualités

Le premier salon de l'agriculture de Beauvais a cartonné

Date de publication : 21/05/2024

Le premier salon de l'agriculture de Beauvais a attiré de nombreux visiteurs le week-end dernier au parc des expositions, mettant en lumière les innovations agricoles et les produits locaux, et soulignant l'importance de ce secteur pour la région.

« On s'est fait dévaliser »

Le salon de l'agriculture du Beauvaisis a attiré 17 000 visiteurs en un week-end grâce à son marché de producteurs locaux et à ses expositions agricoles.

« La vache, il y a du monde ! » L'utilisation des mots est étrangement judicieuse pour décrire l'affluence au salon de l'agriculture du Beauvaisis. Particulièrement lorsque ces paroles sont prononcées par Vincent Claeys, un éleveur bovin basé à Noroy, qui a visité le salon de Paris en février pour présenter son taureau géant nommé « Spiderman », une bête de 1,3 tonne médaillée, aux 17 000 visiteurs qui ont participé à ce tout nouveau événement, les 18 et 19 mai 2024.

La première édition de ce salon, organisée à l'Elispace de Beauvais (Oise), a connu un grand succès, avec une trentaine de producteurs locaux et éleveurs qui ont exposé leurs produits et leurs animaux. Agneaux, oies, poules, chevaux, bovins... Mais également une présentation de tracteurs. Tout en veillant à la satisfaction des visiteurs, d'autant plus que l'accès était libre.

Plus de 15 000 visiteurs en l’espace de deux jours

Tout se déroule bien, il y a de la foule. Nous espérons que cela continuera cet après-midi. « Nous sommes très occupés ! », s'exclame Simon, qui gère un magnifique stand de fruits et légumes biologiques à l'entrée du salon.

La fréquentation est appréciée par cet apprenti à La Ferme du Metz de Bailleul-le-Soc. Pauline, sa collègue, ajoute : « Nous avons eu un meilleur début ce dimanche matin qu'hier matin ».

À deux pas de là, il est à peine 13h et l'espace dédié à la charcuterie Belleperche, qui est championne de France 2024 de boudin noir, est dépourvu de son produit phare. « Nous avons été pillés! » C'est une véritable surprise, on ne s'attendait pas à un tel engouement. « C'est incroyable pour une première », s'émerveille Elodie Dieppe, qui souhaite que l'action soit renouvelée.

« Il y a eu énormément de monde samedi, dimanche c'est un peu plus fluide. C'est un très beau salon, dans une ambiance familiale. On a bien travaillé, à 12h on n'avait déjà plus de boudin. On s'en tire très bien ! »
Sophie Belleperche, Vendeuse de la charcuterie Belleperche.

Selon une visiteuse du salon, la gratuité de l'entrée attire « un grand nombre de personnes ». Effectivement, dès 10h, samedi comme dimanche, une file de plusieurs dizaines de personnes se rassemblait à l'entrée de l'Elispace. La place de stationnement de la salle d'événementiel était bondée.

La star du saloncest un taureau

Beaucoup de gens sont venus observer les animaux. Le taureau géant (1,3 Tonne) de Vincent Claeys, un animal de la race Rouge des prés, était l'attraction du salon. "Je m'attendais à ce qu'il y ait un peu plus de bêtes, mais il est difficile de les ramener." Selon l'éleveur, les miennes sont dressées et sont habituées à la foule. Il a également invité « Ugolin », un jeune taureau de huit mois, le fils de « Spiderman ». « C'est son premier week-end et tout se déroule sans problème car il n'est pas agressif ».

« Quand on a des bêtes de concours, c'est toujours les plus belles bêtes de l'exploitation. J'en prends soin, je les promène à la ferme... Pour les visiteurs ici, c'est agréable de voir des animaux calmes. »
Vincent Claeys, Éleveur bovin.

La première édition est un succès. Il reste à savoir si les représentants de la communauté d'agglomération du Beauvaisis vont renouveler l'expérience. D'après nos informations, il semblerait qu'une seconde édition du salon de l'agriculture soit prévue. Cependant, jusqu'à présent, rien n'a été confirmé.

Thomas

Thomas, Rédacteur
chez Agriconomie.