03 52 99 00 00 (non surtaxé) ou service client (réponse sous 4H)

L'espace de documentation sur l'agriculture,
pour vous aider sur votre exploitation !

L’espace de documentation, 100% gratuit,
pour vous aider sur votre exploitation !

Élevage

L'alimentation des moutons : du pâturage au complément.

Date de publication : 29/08/2023

L'élevage ovin, fortement ancré dans l'histoire agricole, a toujours été un pilier essentiel de la chaîne alimentaire. Les éleveurs ont consacré d'innombrables efforts à fournir à leurs moutons la meilleure alimentation, non seulement pour maximiser leur production, que ce soit en laine ou en viande, mais aussi pour assurer leur bien-être optimal.

Dans cet article, nous explorerons les divers aspects de l'alimentation des moutons, de l'importance vitale du pâturage à la nécessité des compléments alimentaires, tout en mettant en lumière les meilleures pratiques adoptées par les éleveurs au fil du temps.

Les sources de nourriture / d'alimentation pour les moutons (élevage ovin) :

Le régime alimentaire des moutons est assez simple. Les moutons ont besoin d'une grande quantité d'herbe pour leur régime alimentaire. En plus de leur fournir des nutriments essentiels, l'herbe est également importante pour le maintien de l'écosystème local. Les pâturages sont donc une source d'alimentation importante pour les moutons.

eleveuse nourrissant ses moutons

Le pâturage :

Pour assurer le bien-être et la productivité d'un troupeau de moutons, il est essentiel de veiller à leur alimentation. Qu'il s'agisse de moutons élevés pour leur laine, leur viande ou tout autre produit, ils ont des besoins nutritionnels spécifiques qui, s'ils sont satisfaits, garantissent leur bonne santé et leur rendement optimal.

Le pâturage est un élément clé dans l'alimentation des moutons. En effet, l'herbe représente environ 60% de leur régime alimentaire et fournit une gamme de nutriments vitaux. Les glucides, protéines, lipides, vitamines et minéraux qu'elle contient contribuent à maintenir les moutons en pleine forme.

Mais l'herbe ne nourrit pas seulement les moutons. Elle joue également un rôle écologique crucial. L'herbe aide à réguler l'écosystème, préserve le paysage, soutient la biodiversité et prévient divers risques environnementaux. Ainsi, en favorisant le pâturage, nous contribuons non seulement à la santé de nos moutons, mais aussi à celle de notre planète.

La surface nécessaire pour un mouton 

LPour assurer un pâturage efficace pour vos moutons, il est important de comprendre combien d'espace ils nécessitent. Cela peut varier en fonction du type de mouton, de la qualité du sol et de l'herbe disponible. En règle générale, on estime qu'un mouton nécessite entre 0,5 et 1,5 hectares de terrain pour pâturer efficacement.

Un autre aspect clé de l'élevage de moutons est la gestion des pâturages. Il s'agit notamment de la rotation des pâturages, une pratique qui aide à prévenir le surpâturage et l'épuisement des sols. C'est également une méthode efficace pour interrompre le cycle de vie des parasites internes qui peuvent affecter les moutons.

En effectuant une rotation régulière des pâturages et en surveillant attentivement les signes de parasitisme, vous pouvez aider à maintenir votre troupeau en bonne santé. Souvenez-vous, un troupeau heureux est un troupeau productif !

L’utilisation des compléments alimentaires : une nécessité ( grain , blé, oléagineux ou encore minéraux)

Pour bien nourrir vos moutons, il ne suffit pas de les laisser brouter dans les pâturages. En effet, leur alimentation doit être complétée par d'autres sources nutritives pour assurer leur bonne santé et maintenir leur poids optimal.

Pensez à leur offrir des aliments supplémentaires comme des céréales, des oléagineux, ainsi que des compléments minéraux et vitaminiques. Ces apports supplémentaires sont essentiels pour répondre aux besoins nutritionnels spécifiques de vos moutons.

Quand ils sont tout petits, les agneaux se nourrissent principalement du colostrum et du lait de leur mère. Mais à mesure qu'ils grandissent, leurs besoins en nourriture augmentent. Pour combler cette augmentation, pensez à introduire progressivement des compléments alimentaires comme les céréales et les graines oléagineuses, ainsi que des compléments en vitamines et minéraux. Cela les aidera à grandir en bonne santé et à rester forts.

  • L'importance du maïs grain pour les moutons : 
  • Le maïs est un aliment riche en énergie pour les ovins. Il fournit des glucides essentiels qui aident à soutenir la croissance, la lactation et la reproduction. Pour les élevages où le pâturage est limité ou pendant les mois d'hiver, le maïs peut constituer une part importante de la ration.

Comment choisir et fournir le bon type de compléments alimentaires pour nourrir un mouton

Il y a une variété de compléments alimentaires à votre disposition, allant des céréales aux graines oléagineuses. Vous avez peut-être entendu parler des "pierres à lécher", qui sont d'excellentes sources de minéraux et de vitamines. Voici une liste des différents compléments alimentaire existants : 

  • Céréales (blé, orge) : Elles sont riches en énergie et aident à soutenir leur croissance. Exemple : le granulé de maîs.

  • Graines oléagineuses (soja, lin, tournesol, colza) : Ces compléments sont riches en protéines, essentielles pour la croissance rapide, la reproduction et la lactation.Exemple : le tourteaux de colza.

  • Pulpe de betterave : Riche en fibres digestibles et en énergie, la pulpe de betterave est un aliment simple et naturel permettant d’améliorer la sécurisation de la ration. Exemple : pulpe de betterave déshydratée.

  • Pierre à lécher : Ces blocs de sels minéraux fournissent des minéraux et des vitamines essentiels qui ne sont pas toujours présents dans l'herbe ou les aliments de base. Ils sont particulièrement utiles pour prévenir les carences minérales.

  • Suppléments de vitamines : Ils aident à renforcer le système immunitaire, favorisent une bonne vision et sont essentiels au métabolisme énergétique.Exemple : acides aminés et minéraux.

  • Fourrage de haute qualité (foin, ensilage) : Il offre une source de fibres essentielle pour le bien-être du système digestif des moutons. Exemple : Luzerne en granulé.

Quand vous choisissez l'alimentation pour vos moutons, plusieurs facteurs doivent être pris en compte. Cela comprend la valeur nutritive des aliments, leur digestibilité et leur coût. Les aliments riches en protéines, tels que les graines oléagineuses (soja, lin, tournesol, colza) sont excellents pour soutenir la croissance rapide, la reproduction et la lactation. En fonction des besoins spécifiques de votre troupeau, vous pouvez également envisager des compléments énergétiques comme le blé, l'orge ou la pulpe de betterave.

mouton degustant du mais

L’alimentation des ruminants en chiffres : une perspective statistique

Comprendre les statistiques sur l'alimentation des moutons peut vous donner un aperçu précieux des pratiques courantes et des tendances au sein de l'industrie de l'élevage ovin.

En France, la ration moyenne des ruminants se compose de 60% d'herbe, 20% de maïs ensilé, 12% de céréales, 6% de tourteaux (résidus de pressage des graines oléagineuses) et 2% de minéraux et de vitamines. Cette composition peut varier en fonction du type de production et de la région où ils sont élevés.

L'un des éléments les plus coûteux de l'élevage de moutons est leur alimentation. Cependant, en optimisant le régime alimentaire de vos moutons, non seulement vous pouvez améliorer leur santé et leur productivité, mais aussi réduire vos coûts d'exploitation. Ainsi, une bonne gestion de l'alimentation animale peut être bénéfique à la fois pour vos moutons et pour votre portefeuille.

L'alimentation dans les différents systèmes de production français

L'alimentation des brebis : spécificités et besoins par jours

Nourrir correctement vos brebis est essentiel pour leur santé et leur productivité, en particulier lorsqu'elles sont en lactation ou en gestation. Ces brebis ont des besoins alimentaires spécifiques pour garantir une production de lait optimale et la naissance d'agneaux en bonne santé. Une brebis bien nourrie donne naissance à des agneaux plus robustes, offre un meilleur rendement reproductif et produit une laine de meilleure qualité.

Il est important de noter que les besoins alimentaires de vos brebis peuvent varier en fonction de plusieurs facteurs. Cela peut inclure la saison, le stade physiologique de l'animal (par exemple, la gestation ou la lactation) et son niveau de production. N'oubliez pas non plus que l'accès permanent à de l'eau fraîche est indispensable pour vos brebis, et que des compléments minéraux, tels que les blocs de sel, peuvent jouer un rôle clé dans leur régime alimentaire.

Au cours de la saison chaude, les brebis peuvent généralement paître sur des terrains riches en herbes et en plantes diverses. Cela aide à satisfaire leurs besoins nutritionnels. Cependant, en hiver, lorsque l'herbe pâturée est moins disponible, il est crucial de fournir à vos brebis des fourrages de qualité, comme le foin ou l'enrubannage d'herbe. Vous pouvez également envisager d'ajouter des compléments à leur alimentation pour assurer un équilibre nutritif approprié.

L'alimentation des agneaux d’herbe : une approche naturelle

Les agneaux d'herbe proviennent principalement des zones herbagères du Nord et de l'Ouest du Massif Central. Après leurs premières semaines passées sous la mère, ces animaux bénéficient d'unrégime alimentaire basé principalement sur l'herbe, suite à leurs 3 mois d’allaitement maternel. Cela représente environ 40% des agneaux français. Le choix de cette méthode d'élevage repose sur une alimentation naturelle, riche en nutriments, qui influe positivement sur la qualité de la viande.

L'herbe, qui compose une grande partie de l'alimentation des ovins, représente environ 60% de leur alimentation totale. Avec 13 millions d’hectares de prairies permanentes en France, l'herbe joue un rôle écologique majeur, contribuant à la régulation écologique, la préservation des paysages, la biodiversité, et la prévention des risques environnementaux

troupeau de moutons pres d'un lac

L'alimentation des agneaux de bergerie : défis et pratiques

Contrairement aux agneaux d'herbe, les agneaux de bergerie sont trouvés partout, notamment dans les zones de culture, de polyculture-élevage et les régions avec insuffisance fourragère. Ces animaux passent généralement 2 à 3 mois sous la mère en bergerie. Leur alimentation est basée sur un mélange de céréales et de soja, complété par du foin, de la paille et un complément minéral vitaminé.

Jusqu'à leur abattage, ces animaux peuvent atteindre un poids d'environ 55 kg. Il est donc crucial de gérer efficacement leur régime alimentaire pour garantir une croissance optimale et une viande de qualité. Les éleveurs doivent veiller à fournir des aliments d'allaitement complets, riches en protéines, pour soutenir cette croissance rapide.

L’alimentation des agneaux post-sevrage (dès 1 mois)

La transition alimentaire après le sevrage : un moment clé

La période suivant le sevrage est cruciale pour l'agneau. Cette transition alimentaire marque le passage du lait maternel ou du lactoremplaceur vers une alimentation solide basée sur des fourrages et des compléments. Le sevrage est généralement effectué lorsque l'agneau atteint un certain poids ou un certain âge, souvent autour de la 8ème semaine. Pour garantir une croissance continue et éviter les carences, il est essentiel d'introduire progressivement les aliments solides tout en réduisant la quantité de lait.

Après le sevrage, les agneaux commencent à consommer des fourrages verts ou conservés, comme l'herbe ou le foin. Les céréales et le tourteau de soja peuvent également être introduits, offrant une source concentrée d'énergie et de protéines. Un accès permanent à de l'eau fraîche est essentiel, tout comme des compléments minéraux et vitaminiques pour assurer une croissance saine. Les blocs de sel ou les "pierres à lécher" peuvent être utilisés pour satisfaire leurs besoins minéraux.

Récapitulatif des meilleures pratiques d'un éleveur de mouton

L'élevage de moutons nécessite une attention particulière à l'alimentation pour garantir la santé, la croissance et la productivité des animaux. Qu'il s'agisse de brebis en lactation, d'agneaux d'herbe ou d'agneaux de bergerie, chaque catégorie a ses propres besoins alimentaires. L'accès à une eau propre, une alimentation équilibrée et des compléments appropriés sont essentiels. La gestion efficace du pâturage, la rotation des champs et la prévention des parasites contribuent également au succès de l'élevage.

L'élevage ovin, tout comme d'autres formes d'élevage, évolue avec le temps. Avec une prise de conscience croissante des questions environnementales, l'élevage durable et éthique est devenu une priorité. L'utilisation d'aliments locaux, la réduction des intrants chimiques et une meilleure gestion des ressources sont autant de tendances émergentes dans le secteur. De plus, avec la recherche continue, de nouvelles méthodes d'alimentation, plus efficaces et plus saines, pourraient voir le jour, garantissant un avenir brillant pour l'élevage ovin en France.

Ce qu'il faut retenir :

  • L'élevage ovin, pilier de l'agriculture, demande une alimentation soignée pour maximiser la production de laine et viande tout en assurant le bien-être des moutons;
  • Le pâturage constitue environ 60% du régime alimentaire des moutons, offrant nutriments essentiels et contribuant à l'équilibre écologique;
  • La surface nécessaire pour un pâturage efficace varie de 0,5 à 1,5 hectares par mouton;
  • Les compléments alimentaires indispensables pour répondre aux besoins spécifiques des moutons à différentes étapes de leur vie : céréales, graines oléagineuses et minéraux;
  • Les pratiques d'alimentation des moutons en France, basées sur des chiffres statistiques, soulignent l'importance de l'optimisation du régime alimentaire pour la santé, la productivité, et la gestion des coûts.

Les questions fréquentes que l'on se pose sur l'alimentation des moutons :

Les moutons mangent principalement de l'herbe, complétée par du foin en hiver. Pour un apport nutritionnel supplémentaire, on peut leur donner des céréales et veiller à leur fournir les minéraux et vitamines nécessaires.

Oui, en petite quantité. Retirez les pépins qui peuvent être toxiques.

 Ils peuvent manger des carottes, choux, brocoli et betteraves, mais toujours en petite quantité.

Évitez la rhubarbe, les feuilles de tomate, certaines plantes ornementales et la famille des solanacées.

Dès la première semaine, mais leur aliment principal reste le lait maternel jusqu'au sevrage, vers 6-8 semaines.