03 52 99 00 00 (non surtaxé) ou service client (réponse sous 4H)

L'espace de documentation sur l'agriculture,
pour vous aider sur votre exploitation !

L’espace de documentation, 100% gratuit,
pour vous aider sur votre exploitation !

Cultures

Guide pratique pour identifier et prévenir les signes d'oïdium sur vos plantes

Date de publication : 24/04/2024

L'oïdium, appelé aussi "pourriture blanche" ou "maladie du blanc", est le nom générique donné à une série de maladies cryptogamiques causées par certains champignons appartenant à l'ordre des Erysiphales. Ces champignons parasitent de manière plus ou moins spécifique, diverses espèces de plantes, cultivées et infectent leurs cellules.

Bien connu des jardiniers, des pépiniéristes et des agriculteurs, cette maladie fongique s'attaque principalement à certaines espèces d'arbres comme le chêne, l'érable, le cognassier, le pommier ou l'aubépine qui y sont particulièrement sensibles. Elle apparaît, à l'instar de la rouille, par des sortes de pustules apparaissant sur les organes aériens (feuilles, bourgeons, fruits), pouvant se développer pour former un feutrage blanc (correspondant au développement d'un mycélium poudreux épiphytique) sur lequel sont parfois observés des masses ou points colorés.

Oïdium : origines, causes et conditions favorisant son apparition

À l'inverse d'autres champignons causant des maladies cryptogamiques comme le mildiou ou la rouille, l'oïdium prolifère par des temps ou l'air est relativement sec (sous réserve d'un taux d'humidité entre 70 et 80%), soit après des périodes de pluie, suivies de plusieurs jours d'ensoleillement. Il se manifeste généralement courant mai (et jusqu'à octobre), favorisé par l'humidité encore bien présente et l'arrivée de la chaleur, favorisé par les écarts de température significatifs entre le jour et la nuit.

L'oïdium se manifeste sous forme de poudre blanche voire grise cendrée d'aspect farineux, à lasurface des organes aériens de l'hôte (feuilles, tiges et parfois fleurs ou fruits). Face à cette agression, les tissus végétaux se comportent de différentes manières selon le degré de manipulation du comportement de l'hôte par le parasite.

Par ailleurs, en ce qui concerne les zones géographiques métropolitaines les plus touchées, on distingue clairement les zones du Sud des zones du Nord. En effet, les zones du Sud réunissent beaucoup plus fréquemment les conditions d'apparition et de prolifération de l'oïdium.

Les conséquences d'une offensive d'oïdium (nuisibilité)

L'oïdium peut être responsable de pertes fruitières allant jusqu'à 10% du total des parcelles, entraînant des répercussions et problèmes économiques importants pour les producteurs. L'attaque d'oïdium n'est généralement pas mortelle pour la plante, mais peut diminuer la production de fruits et leur teneur en sucre en réduisant la capacité des feuilles à recevoir la lumière.

Cette maladie cryptogamique nécessite une vigilance accrue pour prévenir sa propagation et son impact sur les cultures.

La lutte contre l'oïdium : variétés résistantes et techniques de traitement préventives

Variétés résistantes à l'oïdium : vigne, tomate et pomme de terre (tableau)

Un moyen efficace de prévenir et éviter l'offensive d'oïdium est de maintenir un sol sain en le fertilisant régulièrement et de bien choisir ses plants en optant pour des espèces résistantes. Parmi ces espèces résistantes, nous retrouvons :

feuille de courgette atteinte d'oidium
Type de culture Variétés résistantes / peu sensibles
Vigne Artaban
Vidoc
Floreal
Voltis
Tomate HTL1606287
Cavaliere Rosso F1
Dilim F1
Pomme de terre Obama
Carolus
Alouette
Vitabella
Texla
Sevilla Bio

Les méthodes de prévention : premier bouclier contre l'oïdium

Plusieurs méthodes de prévention (à appliquer avant que la plante soit atteinte) sont envisageables afin de lutter contre l'oïdium, qui sont également applicables à la lutte contre le mildiou. Voici une liste de ces moyens :

  • Espacer les plants : comme nous venons de le voir, la maladie se propage via les feuilles. Dans ce sens, il est important d'espacer les plants le plus possible. Ceci permettra également à l'air de circuler et de jouer un rôle dans l'assèchement des feuilles, limitant ainsi le taux d'humidité au sein de la culture
  • Arroser au pied : toujours pour limiter l'humidité des feuilles, privilégiez un arrosage au pied de la plante plutôt qu'un arrosage par aspersion
  • Le paillage : la paille a l'avantage de garder les pieds au sec un maximum de temps, permettant ainsi de limiter la propagation de la maladie
  • Choisir des variétés résistantes : certaines variétés de plantes ont la capacité de plus ou moins résister aux maladies cryptogamiques comme l'oïdium ou le mildiou

Il est important de noter que l'oïdium se développe majoritairement dans le sol, mais que sa propagation peut être accentuée par contamination de feuille en feuille.

Les purins contre l'oïdium à utiliser en prévention

  • Le purin d'ortie : le purin d'ortie est très efficace contre l'oïdium. Il se pulvérise en prévention à même les feuilles, afin que la plante puisse résister aux champignons responsables de la maladie. Pour créer le vôtre, rassemblez des plants d'ortie frais. Dans un récipient en plastique, mélangez ces plants d'ortie dans de l'eau à raison de 1kg pour 10L. Vous pouvez ajouter 1 à 2 cuillères à café de savon noir pour améliorer la fixation du produit. Laissez macérer pendant 5 à 7 jours en veillant à remuer la solution 1 à 2 fois par jour. Une fois que vous n'observez plus de bulles et/ou de mousse lors du brassage quotidien, c'est le signe que votre purin d'ortie est prêt ; il ne vous reste plus qu'à le pulvériser sur les feuilles des plants que vous souhaitez protéger
  • Le purin de prêle : le purin de prêle est également efficace contre l'oïdium. Il se pulvérise en prévention à même les feuilles. Vous pouvez également l'appliquer sur les tiges et les pétioles pour une efficacité optimale, quitte à utiliser un pinceau pour mieux l'appliquer sur ces parties.Pour créer le vôtre, rassemblez des plants de prêle frais. Dans un récipient en plastique, mélangez ces plants de prêle dans de l'eau à raison de 1kg pour 10L. Vous pouvez ajouter 1 à 2 cuillères à café de savon noir pour améliorer la fixation du produit. Laissez macérer pendant 5 à 7 jours en veillant à remuer la solution 1 à 2 fois par jour.Une fois que vous n'observez plus de bulles et/ou de mousse lors du brassage quotidien, c'est le signe que votre purin d'ortie est prêt ; il ne vous reste plus qu'à le pulvériser sur les feuilles des plants que vous souhaitez protéger
  • Le soufre en poudre : à appliquer en prévention, il vous suffit de saupoudrer le soufre sur la surface des feuilles. Vous pouvez utiliser un soufflet ou une poudreuse pour vous faciliter le travail. Veillez à l'appliquer avant le débourrement

Les principales cultures touchées par l'oïdium et leur stratégies de gestion préventive

L'oïdium, maladie fongique courante, peut avoir un impact dévastateur sur diverses cultures, compromettant non seulement leur rendement, mais également leur qualité. Pour contrôler cette maladie, les agriculteurs ont recours à des produits fongicides ainsi qu'une gamme de stratégies de gestion spécifiques à chaque culture, visant à limiter les dommages et à préserver la santé des plantes. Voici un aperçu des principales stratégies de gestion pour les cultures touchées par l'oïdium :

Culture Stratégies de gestion
Vigne Protection contre la pluie
Rotation des culture
Utilisation de flashs UV-C
Pomme de terre Rotation des cultures
Irrigation appropriée
Tomate Sélection de variétés résistantes
Espacement approprié des plants
Carotte Pratiques culturales (sol bien drainé, irrigation appropriée)

Ce qu'il faut retenir :

  • L'oïdium, aussi appelé "pourriture blanche" ou "maladie du blanc", affecte diverses plantes sensible;
  • L'oïdium se se propage par des spores transportées par le vent ou les insectes, provoquant une poudre blanche sur les feuilles;
  • Contrairement à d'autres maladies fongiques, il se développe par temps sec, après des pluies suivies de soleil;
  • Ses dégâts peuvent réduire les récoltes jusqu'à 10%, avec des conséquences économiques importantes pour les producteurs.

Les questions fréquentes que l'on se pose à propos de l'oïdium :

Les champignons de l'oïdium sont des parasites obligatoires c'est-à-dire qu'ils ne peuvent pousser que sur des tissus végétaux vivants.

L'oïdium n'est pas considéré comme dangereux pour l'homme. Cependant, il peut provoquer des allergies chez certaines personnes sensibles.