03 52 99 00 00 (N° non surtaxé) ou service client (réponse par E-mail sous 4H)

L'espace de documentation sur l'agriculture,
pour vous aider sur votre exploitation !

L’espace de documentation, 100% gratuit,
pour vous aider sur votre exploitation !

Cultures

Guide complet sur l'utilisation des purins en agriculture biologique

Date de publication : 26/03/2024

Le purin, un déchet liquide produit par les élevages de mammifères domestiques, est souvent utilisé en agriculture pour fertiliser les cultures. Il est issu de la macération de certains végétaux comme l'ortie, la prêle ou la consoude. Cet engrais naturel et riche en nutriments peut également servir de fongicide ou d'insecticide. Il est important de savoir quel purin utiliser et dans quel cas, afin d'optimiser son usage.

Qu’est ce qu’un purin ?

Les purins sont des engrais naturels obtenus à partir de la macération, décoction, fermentation ou infusion des plantes fraîches séchées. Ces préparations végétales sont des solutions alternatives qui peuvent proposer différents avantages en fonction du type de plantes utilisées, comme :

  • Stimuler la croissance de la plante
  • Favoriser le développement racinaire
  • Stimuler les défenses naturelles de la culture

Les produits permettent de cultiver de manière plus naturelle tout en réduisant les IFT (indicateur de fréquences des traitements phytosanitaires).

Les types de purins utilisés en agriculture : ortie, consoude, sureau, prêle, fougère, bardane

Quel purin pour quel usage ?

Chaque purin a des spécificités propres à son utilisation. Par exemple, le purin d'ortie est connu pour être un véritable stimulant pour les plantes, favorisant leur croissance grâce à sa richesse en nutriments. De son côté, le purin de prêle est réputé pour ses propriétés fongicides, permettant de lutter contre les champignons nuisibles pour les plantes.

  • Le purin de consoude, riche en potassium, est utilisé comme activateur de compost et stimule la floraison et le développement des fruits
  • Le purin de fougère agit comme un insecticide naturel efficace contre les pucerons et les limaces
  • Le purin d'ail est apprécié pour son action contre les maladies cryptogamiques comme le mildiou et l'oïdium, ainsi que contre les nuisibles
  • Le purin d'ortie est notamment réputé pour son action stimulante sur la croissance des plantes grâce à sa richesse en azote et en minéraux
  • le purin de sureau, agit principalement comme répulsif contre les nuisibles
  • le purin de bardane, riche en oligo-éléments, est bénéfique pour la croissance des plantes

Il est donc essentiel de choisir le type de purin en fonction du besoin spécifique de votre culture.

Comment utiliser le purin d'ail ?

Le pack Purin d'ail - Liquide, constitué d’un purin d’ail et d’un savon noir, s’utilise sur vos céréales afin de stimuler la croissance végétale en augmentant sa résistance par répulsion d’insectes, acariens et maladies. Il permet d’apporter du soufre à votre culture. La macération d’ail complétée par un savon noir à base d’huile d’olive et de lin de haute qualité française permet une meilleure répartition du produit sur la culture lors de la pulvérisation et par conséquent, une meilleure efficacité. Le savon permet de fixer davantage la macération d’ail sur la culture. Ce produit est simple d’utilisation, il ne nécessite pas d’EPI. Ce produit est normé suivant le règlement (CE) 834/2007 et il doit se conserver entre 5°C et 25°C à l’abri de la lumière. Nous vous conseillons de mélanger 1L de savon noir dans 10L de purin d’ail pour une bonne utilisation. Si vous souhaitez l’utiliser avec des produits phytosanitaires, nous vous conseillons de mettre :

  • ½ volume de produit phytosanitaire
  • ½ volume de pack, avec 5L purin d’ail et 0,5L de savon noir

Comment utiliser le purin d'ortie ?

Pour utiliser le purin d'ortie, plusieurs paramètres doivent être pris en compte. Tout d'abord, il est recommandé de diluer le purin en fonction du besoin spécifique de votre culture. Par exemple, pour une utilisation comme engrais, une dilution de 1L de purin pour 10L d'eau est généralement conseillée.

Ensuite, le purin d'ortie peut être appliqué de différentes manières. En pulvérisation foliaire, il stimule la croissance des plantes et renforce leur défenses naturelles. En arrosage au pied des plantes, il agit comme un engrais riche en azote.

Il convient de noter que le purin d'ortie peut également être utilisé comme un activateur de compost. Sa riche teneur en azote et en bactéries accélère la décomposition de la matière organique, ce qui rend le compost plus efficace.

En termes de fréquence d'application, cela dépend de la culture et des conditions climatiques. En général, une application tous les 7 à 15 jours peut être bénéfique.

Enfin, il est recommandé de bien agiter le mélange avant utilisation pour homogénéiser la solution.

La réglementation relative aux purins

Pourquoi le purin d'ortie est interdit ?

L'interdiction du purin d'ortie suscite souvent des interrogations. En réalité, cette mesure ne concerne pas l'usage domestique mais plutôt sa commercialisation. En France, la loi d'orientation agricole de 2006 a interdit la diffusion et le commerce de ce produit. Il est considéré comme un produit phytosanitaire non autorisé, car il n'a pas été officiellement approuvé pour une utilisation agricole. Cette décision est en grande partie motivée par des préoccupations liées à la sécurité et à l'efficacité du produit. En effet, malgré ses nombreux avantages, le purin d'ortie peut être nocif pour les plantes s'il est utilisé en excès. De plus, bien qu'il soit naturel, il peut avoir des effets non désirés sur l'environnement.

Purin en agriculture : production et étiquetage des produits biologiques

La production de purin dans le cadre de l'agriculture biologique est soumise à des réglementations précises, au niveau européen, notamment le règlement (UE) 2018/848. Ces normes garantissent une production respectueuse de l'environnement, basée sur des méthodes naturelles sans utilisation de produits chimiques de synthèse.

L'étiquetage des produits biologiques est aussi réglementé. Un produit peut être étiqueté "bio" s'il contient plus de 95% d'ingrédients d'origine biologique. L'étiquetage doit également faire référence au respect des règles de l'agriculture biologique, et comporter le logo bio européen.

Les purins, en tant que produits issus de la macération de certaines plantes et algues, sont donc concernés par ces réglementations. Ils doivent respecter les principes de l'agriculture biologique tant dans leur production que dans leur étiquetage.

Notre sélection de purins

Nous vous proposons aujourd’hui notre sélection de gamme J3C, entreprise leader sur le marché français avec plus de 20 ans d’expérience. Vous pouvez profiter de conditionnements bag in box allant de 25 L à 1000 L permettant une conservation optimale du produit. La vanne J3C réutilisable et adaptée aux bag in box 250-500-1000 L est disponible sur les fiches produits des purins d'ortie, prêle, ail... Faites l’essai et cliquez sur nos fiches produits ci-dessous pour davantage d’explications (utilisations, cultures, doses, prix, …).

Ce qu'il faut retenir :

  • Les purins, dérivés de la macération de végétaux, sont des engrais naturels riches en nutriments, utilisés pour stimuler la croissance des plantes et renforcer leurs défenses
  • Différents types de purins, tels que ceux d'ortie, de prêle et de consoude, offrent des avantages spécifiques selon leur composition
  • Par exemple, le purin d'ortie stimule la croissance grâce à sa richesse en azote, tandis que le purin de prêle agit comme fongicide
  • Il est essentiel de choisir le bon purin en fonction des besoins spécifiques de la culture pour maximiser ses bienfaits
  • La réglementation européenne encadre la production et l'étiquetage des purins biologiques, garantissant des normes environnementales strictes

Les questions fréquentes que l'on se pose à propos du purin

La fabrication du purin est simple et ne nécessite que peu de matériel. Premièrement, il faut récolter la plante que vous souhaitez utiliser. Si vous optez pour l'ortie, cueillez-la avant qu'elle ne produise des graines. Ensuite, hachez grossièrement ces plantes et déposez-les dans un récipient en plastique. Enfin, versez de l'eau sur les plantes jusqu'à ce qu'elles soient complètement immergées. Les proportions à respecter sont généralement de 1 kg de matière verte pour 10 litres d'eau. Il est recommandé d'utiliser de l'eau de pluie ou de l'eau non chlorée. Après avoir réalisé ce mélange, laissez macérer pendant une dizaine de jours, en remuant de temps en temps.

Pour les tomates, le meilleur purin est celui d'ortie. Il renforce les défenses naturelles des plantes, les rendant plus résistantes au mildiou, une maladie courante chez les tomates. Son application régulière peut aider à prévenir les attaques fongiques et à favoriser une croissance saine des plantes.

D'autres alternatives de purins pour les tomates incluent le purin de consoude, riche en éléments nutritifs, le purin de prêle, renforçant la structure des plantes, et le purin de fougère, agissant comme répulsif contre les insectes. Utilisés en pulvérisation, ils aident à maintenir la santé des plants.

La distinction entrepurin et lisier se trouve essentiellement dans leur composition et leur forme.

Le purin est un liquide obtenu par macération de substances organiques comme les déchets végétaux ou des excréments d'animaux, dans l'eau. Il contient un maximum de 5% de matières solides, ce qui en fait un support adapté pour la macération de substances utilisées en agriculture biologique.

Le lisier, quant à lui, est un mélange d’excréments et d’urine d'animaux, avec ou sans litière, contenant près de 10% de matières sèches. Il est généralement stocké dans des fosses et utilisé comme engrais pour les cultures.

Deux points clés à retenir :

  • Le purin est plus dilué que le lisier.
  • Le lisier contient des déjections animales alors que le purin peut être fabriqué à partir de plantes.