03 52 99 00 00 (non surtaxé) ou service client (réponse sous 4H)

L'espace de documentation sur l'agriculture,
pour vous aider sur votre exploitation !

L’espace de documentation, 100% gratuit,
pour vous aider sur votre exploitation !

Trèfle Violet : les variétés et leurs rendements

Date de publication : 19/10/2023

Aussi appelé trèfle des prés, le trèfle violet est particulièrement apprécié pour son autonomie protéique et sa bonne capacité de rendement. Mais quelle variété choisir ? Comment optimiser son semis et sa récolte ? Quel est son impact sur la biodiversité ? Autant de questions auxquelles vous allez trouver des réponses dans cet article.

zoom champ de trefles violet

Trifolium pratense : comprendre son origine

Appartenant à la famille du trèfle (comme son nom l'indique), le trèfle violet aussi appelé trifolium pratense ou trèfle des prés serait originaire d'Espagne. Il est aujourd'hui particulièrement par les élevages en France, en raison de son autonomie protéique. Mais ce n'est pas la seule raison, cette légumineuse plait également par sa polyvalence.

Le trèfle violet développe 2 à 3 floraisons par an. Ces multiples floraisons sont à avoir en tête pour les récoltes notamment.

Les variétés

Le trèfle violet diploïde Le trèfle violet tétraploïde
Caractéristiques Capte l'ammoniac de l'air pour le transformer en azote
Résistant au froid
Capte l'ammoniac de l'air pour le transformer en azote
Résistant au froid
Avantages Riche en matière sèche
Facile à faner
Résistante à la verse
déal en pâture (bonne appétence notamment)
Bonne résistance aux maladies
Rendements élevés
Densité 15 à 20 kg 20 à 25 kg

Focus sur le trèfle violet tétraploïde Atlantis

Le trèfle violet tétraploïde Atlantis possède des caractéristiques avantageuses, à l'image de sa variété. Il est particulièrement résistant, assure une production dès la première année et possède une pérennité plutôt longue pour sa variété : jusqu'à 4 années.

Sa valeur alimentaire est aussi à souligner : son apport en énergie et en protéines sont bénéfiques aux bovins et autres équins.

Le semis du trèfle violet

Le semis du trifolium pratense est forcément une étape importante : il garantit la richesse du fourrage pour les mois qui suivent.

Le PMG (poids pour 1 000 grammes) du trèfle violet est très faible : 1 gramme équivaut environ à 500 graines. On estime la dose du semis du trèfle des prés en pur à 20 kg par hectares. Ce dosage va varier selon la variété de trèfle violet et son mélange éventuel avec des graminées lors du semis.

Il est par ailleurs conseillé de semer à 1 centimètre de profondeur le trèfle des prés et de procéder à un roulage après le semis pour favoriser la pousse.

Le trèfle violet apprécie particulièrement les sols acides et n'offre pas une résistance optimale à la sécheresse. Privilégiez donc les sols offrant plus de fraicheur.

Nos semences de trèfle violet

Quand semer le trèfle violet ?

Le semis du trèfle violet peut se faire à deux périodes clés de l'année. La première se situe au printemps, à partir du 1er mars. Cette période précoce permet au trèfle de bien s'installer et de produire deux coupes de bon rendement dès la première année. Pour le nombre de doses nécessaire se référer aux fabricants.

La seconde période de semis est en été, après la récolte d’une céréale. Il est recommandé de semer le trèfle violet avant le 1er septembre pour une bonne installation avant l'hiver. En revanche, pour les semis d'été, tout trèfle violet doit être en terre pour le 1er septembre.

Il est aussi possible de réaliser des semis sous couvert de méteil en fin d'hiver. Pour une bonne germination, il est conseillé de ne pas semer trop profondément. Une profondeur de 1 à 2 cm est idéale.

Il est également suggéré de protéger le semis contre les limaces et autres nuisibles dès sa mise en terre.

Quand le faucher ou l'ensiler ?

La période de récolte dépendra globalement (forcément) de la période de semis. Il est recommandé d'attendre le stade fin de bourgeonnement de la fleur. Le stade de floraison est donc particulièrement à surveiller.

La fauche ou l'ensilage n'est néanmoins pas une finalité. Il est aussi possible de privilégier le pâturage pour les bovins.

Le rendement du trèfle violet

Le rendement du trèfle violet varie en fonction de la variété et de la méthode de culture et de nombre de doses utilisées. En moyenne, il est de 4 à 8 q/ha pour les variétés diploïdes, mais peut atteindre jusqu'à 11 t de MS/ha pour un trèfle violet en 2e année, récolté en ensilage. 

Les variétés tétraploïdes sont généralement moins productives que les variétés diploïdes (-20 à -30%). Cependant, des progrès notoires ont été obtenus avec certaines variétés, offrant une amélioration de +10 % de rendement en association avec un compagnon comme le Ray-grass hybride.

Voici les différents rendements selon les typologies de culture : 

  • En pâture

  • En termes de rendement, le trèfle violet en pâture peut varier, mais en moyenne, on estime le rendement à 7-8 tonnes de matière sèche par hectare pour le trèfle pur ou associé à une graminée comme la fétuque. Cependant, des rendements exceptionnels peuvent atteindre 11 tonnes de matière sèche à la tonne par hectare pour le trèfle violet en deuxième année. De plus, certaines pratiques de pâturage peuvent influencer le rendement. Par exemple, l'association avec une graminée peut aider à limiter les risques de météorisation, et permettre un pâturage plus facile. De même, laisser fleurir la plante au moins une fois par an aide à assurer la pérennité de la plantation. Il existe des variétés spécifiquement adaptées à la pâture, qui offre un équilibre stable entre les graminées et les légumineuses, et dont le rendement est légèrement inférieur aux variétés conventionnelles de trèfle violet. En revanche, le trèfle violet peut s'avérer être un vrai complément au trèfle blanc lorsqu'il est associé à d'autres légumineuses et graminées pour la pâture.

  • En enrubannage ou ensilage

  • L'enrubannage, de part le fort taux d'humidité du trifolium pratense , apparait comme une solution adaptée. Cette méthode de conservation de l'herbe limite les pertes, constituant un second point positif. Le fauchage doit s'opérer au début du fourrage pour conserver 50% de matière sèche environ.

    L'ensilage est une solution assez souvent retenue, puisque cette technique de conservation offre une bonne protection des protéines. Un préfanage d'un à deux jours sera conseillé pour limiter l'ajout de conservateurs pour le stockage du trèfle.

  • Le foin de trèfle violet

  • La transformation du trèfle violet en foin n'est pas impossible mais demeure complexe en raison de sa trop forte teneur en eau. Une grosse aération des andains est nécessaire si le besoin en foin est indispensable. Son temps de séchage est donc forcément plus long et cela est susceptible de jouer sur la qualité nutritive et la conservation des feuilles.

    Dans le cadre d'un fourrage mélangé avec des graminées, la transformation en foin sera plus facile puisque la matière première aura un taux d'humidité moindre.

L'apport dans une ration pour une vache ( valeur alimentaire)

Le trèfle violet, riche en protéines et énergie, est une source importante pour l'alimentation des bovins. Une ration classique contenant 30 à 40% de trèfle violet complété par des céréales permet de maintenir un bon niveau de production laitière.

  • Son apport en énergie se rapproche de celui des graminées, rendant son intégration dans la ration alimentaire particulièrement intéressante.
  • Sa teneur en matière azotée est légèrement inférieure à celle de la luzerne, mais reste bénéfique pour la nutrition bovine.

L'ensilage de trèfle violet, bien conservé, offre une meilleure ingestibilité que celui d'herbe. 

Enfin, le trèfle violet améliore l'appétence et la valeur alimentaire du fourrage même en faible proportion lorsqu'il est associé à une graminée persistante. Ainsi, le trèfle violet est un véritable moteur des prairies de fauche.

Un engrais vert

Outre ses qualités fourragères, le trèfle violet sert également d'engrais vert. De par sa capacité à fixer l'azote atmosphérique grâce à une symbiose avec des bactéries du genre Rhizobium présentes dans les nodosités de ses racines, il enrichit le sol en azote et en matière organique. Ce processus est d'autant plus efficace que le trèfle violet produit jusqu'à 2 tonnes d'humus par hectare après retournement de la terre.

  • Il améliore la structure du sol, favorisant ainsi l'aération et le drainage naturel.
  • Il limite l'enherbement et lutte contre le lessivage des sols.
  • Il nécessite peu ou pas de traitement phytosanitaire, assurant un impact positif sur la biodiversité.
  • Il s'accommode de tout type de sols, même assez pauvres.

Les associations possibles

Le trèfle violet peut être semé en association avec d'autres plantes, en interculture ou avant une culture d'hiver. Après plusieurs années de croissance, il peut être broyé et incorporé superficiellement au sol pour libérer les nutriments qu'il a accumulés. Le trèfle violet est un véritable engrais vert, qui enrichit le sol en azote et en matière organique, produisant jusqu'à 2 tonne d'humus par hectare après retournement de la terre.

Il améliore la structure du sol et nécessite peu voir pas de traitement phytosanitaire, assurant un réel impact positif sur la biodiversité.

Les autres types de trèfle

D'autres variétés de trèfle existent. Elles sont à connaître pour choisir celle qui a les caractéristiques qui correspondent le mieux à vos attentes. Voici les variétés les plus répandues :

Ce qu'il faut retenir :

  • Le trèfle violet, ou trifolium pratense, originaire d'Espagne, offre diverses variétés, dont le tétraploïde Atlantis, résistant et productif;
  • Le semis demande attention, avec une faible densité de 20-25 kg/ha. Deux périodes de semis, printemps et été, influent sur le rendement;
  • Les rendements varient de 4 à 8 q/ha. En pâture, il offre 7-8 tonnes/ha, en ensilage ou enrubannage, il assure une bonne conservation;
  • Riche en protéines et énergie, le trèfle violet améliore la production laitière des bovins. Il s'incorpore bien dans une ration alimentaire;
  • En fixant l'azote atmosphérique, le trèfle violet agit comme engrais vert, améliorant la structure du sol, limitant l'enherbement, et favorisant la biodiversité.