03 52 99 00 00 (N° non surtaxé) ou service client (réponse par E-mail sous 4H)

L'espace de documentation sur l'agriculture,
pour vous aider sur votre exploitation !

L’espace de documentation, 100% gratuit,
pour vous aider sur votre exploitation !

Élevage

Alimentation Cheval : Décryptage des besoins nutritionnels du cheval

Date de publication : 13/10/2023

Le cheval n'a à l'origine pas besoin de l'être humain pour s'alimenter. Avec sa domestication, il faut donc lui proposer une ration appropriée à ses besoins primaires. Une alimentation de qualité permettra de satisfaire les besoins énergétiques, protéiques, vitaminiques et minéraux du cheval, influençant sa croissance, ses performances et sa reproduction. De plus, elle prévient certaines pathologies particulières.

Pour approfondir notre compréhension, explorons à présent le système digestif du cheval et les ajustements nécessaires pour assurer son bien-être optimal.

Comprendre le système digestif du cheval

Cela ne parait pas être la première chose à étudier quand on se pose la question de comment il faut nourrir un cheval, et pourtant : comprendre son système digestif vous aidera à mieux cerner ses besoins :

  • Anatomie du système digestif

    Le système digestif du cheval est complexe, composé d'un estomac unique et d'un long côlon. Contrairement aux ruminants, les chevaux digèrent les fibres dans le côlon grâce à la fermentation. Cela les rend particulièrement sensibles aux troubles digestifs.

    La digestion des chevaux est basée sur la fermentation des fibres, principalement dans le côlon. Cette digestion nécessite l'apport régulier de petites quantités de nourriture. D'où l'importance de multiples petits repas au lieu de grandes quantités en une fois.

  • La flore intestinale : un rôle clé dans l'alimentation du cheval

    La flore intestinale du cheval joue un rôle crucial dans la digestion. Elle aide à décomposer les fibres, produisant ainsi des acides gras volatils qui fournissent de l'énergie. Une perturbation de cette flore peut entraîner des troubles digestifs sévères.

Les différents types d'aliments et leurs fonctions

Avant de présenter les aliments qui composent l'alimentation du cheval, il convient de préciser que les chevaux en surpoids sont sensibles à la fourbure, l'une des premières causes de décès chez les équidés. Vous l'aurez donc compris, le dosage de la nourriture du cheval est très important.

Fourrages : foin, paille et herbe

Le cheval se nourrit essentiellement d'herbe, mais son alimentation optimale comprend également d'autres éléments tels que le foin, la paille, et d'autres fourrages.

Le foin est un élément essentiel de l'alimentation du cheval, apportant les fibres nécessaires à la digestion. Le foin de prairie, par exemple, offre une bonne balance entre fibres et nutriments. La paille, moins nutritive, sert principalement de lit, mais peut être consommée en petite quantité.

Il est crucial de fournir du foin propre, sans moisissure ni poussières. Une mauvaise qualité peut entraîner des problèmes digestifs notamment.

Les céréales : avoine, orge et maïs

Les céréales apportent l'énergie nécessaire aux chevaux de travail ou de sport. On pense ici à l'avoine, à l'orge et au maïs en priorité.

  • L'avoine possède un apport intéressant en acides aminés essentiels. Historiquement, l'avoine est la première céréale qui vient à l'esprit quand on parle de l'alimentation du cheval. Pourquoi ? Son coût relativement abordable et le fait qu'elle ne nécessite pas de modification avant d'être distribuée aux animaux sont deux arguments qui pèsent en sa faveur.

  • L'orge présente des capacités énergétiques intéressantes mais il est nécessaire de la transformer puisqu'il s'agit d'une graine dure.

  • Le maïs est, comme l'orge, un grain dur qui doit être modifié avant d'être donné à manger aux chevaux. Le maïs a une valeur énergétique élevée pour le cheval mais il est plus pauvre en fibres et en acides aminés essentiels.

Peu importe la céréale choisie, il est recommandé de fractionner la ration en plusieurs repas et de toujours les donner après le foin pour éviter les troubles digestifs.

Les compléments alimentaires pour chevaux (granulés)

Les compléments alimentaires pour chevaux sont conçus pour répondre aux besoins spécifiques non couverts par le foin et les céréales. Par exemple, un cheval de course pourrait nécessiter des compléments riches en électrolytes pour compenser les pertes dues à la transpiration (pour aider à la récupération et la réhydratation).

Les granulés pour les chevaux offrent un apport énergétique concentré, ce qui les rend idéaux pour soutenir l'activité physique intense et les performances sportives des chevaux. Ils sont riches en nutriments et viennent en complément de l'alimentation de base.

Leur intérêt réside également dans leur facilité d'utilisation et de stockage, offrant une alimentation plus pratique et durable que les aliments en vrac.

L'eau, un élément essentiel de l'alimentation équines

Un cheval adulte a besoin de 10 à 30 litres d'eau par jour. Cette consommation va augmenter avec l'exercice, la température ou pour les juments en lactation.

L'idéal est d'avoir un abreuvoir de qualité, adapté à vos chevaux. Ce choix en apparence facile doit prendre en compte en réalité plusieurs facteurs.

L'eau doit être propre et sans contaminants. Il est recommandé de garantir un accès permanent à un récipient destiné à faire boire les chevaux, particulièrement pendant les périodes de chaleur intense.

chevaux buvant dans bac à eau dans un enclos

Adapter l'alimentation selon le stade de vie et l'activité du cheval

Alimentation du poulain : croissance et développement

L'alimentation du poulain est cruciale pour assurer sa croissance et son développement optimaux. Durant les premiers mois, le lait maternel fournit des éléments nutritifs essentiels, mais dès l'introduction des aliments solides, une transition vers une alimentation équilibrée est primordiale. Un régime adapté doit inclure des concentrés spécifiques pour poulains, riches en protéines, vitamines et minéraux. L'herbe et le foin de qualité contribuent à répondre à leurs besoins en fibres. Un suivi attentif du poids et de la condition corporelle, ainsi que des ajustements réguliers de l'alimentation en fonction de la croissance, sont essentiels. Fournir un accès constant à de l'eau propre est également crucial. En résumé, une alimentation bien planifiée, évolutive avec l'âge du poulain, garantit une santé robuste et jettera les bases d'une vie équine épanouissante.

Besoins des chevaux adultes selon leur activité

Découvrons comment répondre aux besoins nutritionnels des chevaux en fonction de leur activité :

  • Chevaux au repos
  • Les chevaux au repos, qui ne sont pas soumis à des activités physiques intenses, ont des besoins nutritionnels basés majoritairement sur le fourrage. Le foin, riche en fibres, constitue la base de leur alimentation. Bien que des céréales puissent être ajoutées en faible quantité pour complémenter leur régime, il est souvent préférable de minimiser ou d'éviter leur consommation pour éviter une surcharge calorique inutile.Les chevaux au repos, qui ne sont pas soumis à des activités physiques intenses, ont des besoins nutritionnels basés majoritairement sur le fourrage. Le foin, riche en fibres, constitue la base de leur alimentation. Bien que des céréales puissent être ajoutées en faible quantité pour complémenter leur régime, il est souvent préférable de minimiser ou d'éviter leur consommation pour éviter une surcharge calorique inutile.

  • Chevaux de travail ou de sport
  • Ces chevaux, en raison de leur niveau d'activité physique élevé, nécessitent une alimentation bien calibrée pour fournir l'énergie nécessaire à leurs performances. Les céréales, riches en glucides, constituent une source d'énergie rapidement disponible.  Les compléments alimentaires peuvent aussi être intégrés pour combler d'éventuelles carences et soutenir la masse musculaire, les articulations et le bien-être général du cheval.

  • Chevaux seniors
  • Au fil des années, la capacité digestive du cheval risque de se dégrader, rendant la digestion de certains aliments plus difficile. L'alimentation des chevaux seniors doit donc être ajustée en conséquence. Les aliments riches en fibres, tels que les fourrages de haute qualité, sont préférés pour soutenir une digestion optimale. En outre, ces chevaux doivent bénéficier d'une alimentation enrichie en nutriments spécifiques pour soutenir leur santé globale, notamment des acides gras pour le support articulaire, et des probiotiques pour maintenir une flore intestinale saine.

Prise en compte des particularités : gestation, lactation, maladies

Les juments gestantes ou en lactation ont des besoins spécifiques. On conseille ici généralement de baser l'alimentation essentiellement sur du fourrage tout en apportant des protéines de qualité, en fin de gestation notamment.

LIl est également crucial de considérer les pathologies particulières qui peuvent nécessiter une alimentation spécifique, comme les chevaux souffrant de troubles métaboliques qui éprouvent des difficultés à assimiler l'amidon.

Erreurs courantes et maladies liées à la nourriture du cheval

Une gestion alimentaire inadéquate peut avoir des conséquences significatives sur la santé générale et le bien-être de vos chevaux. Il faut mâitriser quelques fondamentaux et connaître essentielles pour minimiser les risques de maladie :

  • Déséquilibres alimentaires : conséquences et prévention

    Un déséquilibre dans l'alimentation du cheval risque d'engendrer divers problèmes, tels que l'obésité, la carence ou les troubles métaboliques. Il est donc essentiel d'ajuster régulièrement la ration en fonction des besoins du cheval.

  • Reconnaître et traiter les coliques et autres troubles alimentaires

    Les coliques, souvent liées à une mauvaise alimentation, sont une urgence vétérinaire. Reconnaître rapidement les symptômes et consulter est crucial.

  • Conseils pratiques pour une alimentation équilibrée

    Maintenant, décryptons les fondamentaux cruciaux pour une gestion alimentaire optimale de vos chevaux :

    • Fréquence et quantité d'alimentation

      Il est préférable de donner de petites quantités de nourriture régulièrement plutôt que de gros repas. Cette méthode simule le comportement naturel du cheval et favorise une meilleure digestion.

    • La transition alimentaire : pourquoi et comment ?

      Changer brusquement l'alimentation des chevaux peut provoquer des troubles digestifs. Toute transition doit être progressive, sur une semaine au minimum. Le nouvel aliment proposé au cheval doit être ajouté progressivement sur la durée de la transition.

    • L'importance de l'observation régulière et de la consultation vétérinaire

      Il est essentiel d'observer régulièrement son cheval pour détecter tout signe de malaise ou de malnutrition. De plus, une consultation vétérinaire annuelle est recommandée pour ajuster l'alimentation en fonction des besoins du cheval.

    Les questions fréquentes que l'on se pose sur l'alimlentation des chevaux:

    Le foin de bonne qualité est l'aliment de base le plus adapté pour la plupart des chevaux, fournissant les fibres essentielles pour une bonne digestion.

    Le foin de bonne qualité est l'aliment de base le plus adapté pour la plupart des chevaux, fournissant les fibres essentielles pour une bonne digestion.

    Un cheval adulte de 500kg a généralement besoin de 7 à 10 kg de foin par jour, soit environ 1,5% à 2,5% de son poids en matière sèche. Cette quantité va varier en fonction de son activité et des conditions météorologiques.

    Il faut éviter de donner aux chevaux des aliments fermentables en grande quantité comme le pain, certains fruits (comme les agrumes), des légumes tels que les choux, ainsi que des aliments toxiques comme l'ail, l'oignon, la pomme de terre crue, et le chocolat.

    Un cheval mange généralement entre 1,5% et 2,5% de son poids corporel en matière sèche chaque jour. Pour un cheval adulte de 500 kg, cela représente entre 7,5 kg et 12,5 kg de nourriture sèche par jour.

    Les chevaux peuvent manger divers légumes comme les carottes, les navets, et les betteraves en petites quantités, en veillant toujours à les introduire progressivement dans leur alimentation.

    Chaque animal a ses propres besoins nutritionnels. Contrairement à d'autres herbivores, les chevaux ont un système digestif unique, nécessitant une alimentation adaptée. Alors qu'une vache peut digérer une grande quantité de fibres grâce à son estomac multi-compartiments, un cheval a besoin d'une alimentation riche en fibres mais adaptée à son unique estomac.