03 52 99 00 00 (N° non surtaxé) ou service client (réponse par E-mail sous 4H)

L'espace de documentation sur l'agriculture,
pour vous aider sur votre exploitation !

L’espace de documentation, 100% gratuit,
pour vous aider sur votre exploitation !

Élevage

Quelle technique de conservation des fourrages choisir ?

Date de publication : 21/12/2023

Les solutions de préservation du fourrage sont assez nombreuses. Si certaines sont reconnues pour leur très bonne préservation, d'autres sont appréciées pour leur longévité. Mais comment choisir la bonne solution de préservation des fourrages ? Au-delà des différents avantages de l'ensilage ou de la fenaison par exemple, vous verrez dans cet article que cela doit se décider en prenant en compte l'environnement global de l'exploitation.

zoom conservation fourrages foin

Qu'est-ce qu'un fourrage ?

Le terme "fourrage" désigne l'ensemble des plantes destinées à l'alimentation pour le bétail. Les types de fourrages les plus connus sont le foin, la paille, ainsi que les produits issus de l'ensilage. Le pâturage est également une solution de consommation du fourrage.

Le fourrage offre une source essentielle de nutrition animale et contribue à l'amélioration de la santé et de la productivité du bétail. Les éleveurs veillent à ce que la qualité du fourrage soit optimale, en ajustant les mélanges et les quantités en fonction des besoins spécifiques de leurs troupeaux.

Le choix du type de fourrage sera fait par l'éleveur en fonction des besoins de son troupeau en priorité. Mais il devra aussi prendre en compte ses conditions de entreposage, les conditions météorologiques au moment de la récolte et plusieurs autres facteurs que vous allez découvrir plus bas.

Les différents modes de conservation de fourrage

Avant de définir quelle solution choisir pour conserver son fourrage, il faut bien avoir en tête quelles sont les solutions à votre disposition. Or, ces solutions dépendent de plusieurs facteurs à bien avoir en tête.

On distingue deux modes de préservation de fourrage différents :

  • La préservation du fourrage sous forme sèche (qui implique généralement des fourrages tels que le foin, la paille, l'orge, le sorgho et l'avoine)
  • La préservation du fourrage sous forme humide (qui implique généralement le maïs et le ray-grass, ainsi que l'ensilage de l'herbe)

Le choix entre ces deux solutions dépendra de nombreux facteurs, notamment le type de fourrage disponible, les conditions météorologiques locales, les besoins nutritionnels des animaux, et les ressources et l'équipement disponibles pour la préservation. Chaque solution présente ses avantages et ses inconvénients, et il est crucial de prendre en compte tous ces éléments pour garantir unenourriture adéquate à votre bétail tout au long de l'année.

En clair : le choix de la solution de préservation du fourrage se fait en prenant en compte de multiples caractéristiques, dans un environnement bien précis.

Les solutions de préservation sous forme sèche

La préservation du fourrage sous forme sèche est une solution utilisée pour préserver la qualité des cultures fourragères tout en les rendant disponibles pour la nourriture du bétail pendant les mois où la croissance de l'herbe est limitée. Le maintien en teneur en eau du fourrage doit être de moins de 20 %, pour empêchre la prolifération de moisissures et de bactéries.

  • La fenaison du foin est l'une des premières étapes de la préservation sous forme sèche. Elle implique la récolte des cultures fourragères, telles que l'herbe, le ray-grass ou le trèfle, à un taux d'humidité inférieur donc à 20 %. La durée de la fenaison dépend des conditions météorologiques locales, mais il est crucial de laisser le fourrage sécher complètement avant de le stocker, pour éviter les risques d'échauffement du fourrage. Elle consiste à faucher l'herbe avant de la presser en balle de foin. Le pressage en balles rondes présente de nombreux avantages, notamment la facilité d'entreposage, de transport et de distribution. Les balles rondes sont plus compactes et faciles à manipuler que les tas en vrac, ce qui réduit les pertes potentielles dues aux intempéries et aux déchets. De plus, elles sont généralement recouvertes de film plastique ou de filet pour protéger le fourrage contre l'humidité et les dommages extérieurs.

  • Il en va de même pour la fenaison de la paille. La paille est en effet parfois utilisée comme fourrage, lorsque les rendements sont insuffisants. Elle est alors également pressée en botte de paille et destinée à la nourriture des vaches.

  • Le pâturage n'est pas une solution de préservation du fourrage à proprement parler mais il est tout de même important de le mentionner ici. Mettre les animaux en pâture va permettre la préservation des autres fourrages durant le printemps ou en début d'automne. C'est donc à prendre en compte dans la gestion globale du fourrage.

La préservation sous forme sèche est plébiscitée pour garantir une nourriture de qualité pour le bétail. Elle permet aux éleveurs de gérer efficacement les ressources fourragères tout au long de l'année.

Notre proposition de Produits :

Les solutions de préservation sous forme humide

La préservation du fourrage sous forme humide est la deuxième solution de préservation que nous allons vous présenter ici. Voici quelques-unes des solutions de préservation du fourrage sous forme humide :

  • Ensilage d'herbe en tunnel :
  • Les fourrages humides, tels que l'herbe fraîche, sont hachés finement, puis placés dans des silos hermétiques recouverts de bâches. Dans ces silos, ils subissent une fermentation anaérobie, ce qui signifie qu'ils fermentent en l'absence d'oxygène. Cette fermentation lactique anaérobie permet de préserver la qualité nutritive du fourrage. Ici, l'apport nutritif et l'appétence sont particulièrement appréciés par le bétail, à condition que l'ensilage soit bien conservé.

  • Enrubannage :
  • L'enrubannage est une méthode de préservation des fourrages humides où ceux-ci sont pressés en balles rondes, puis emballés hermétiquement par un film d'enrubannage. Là-aussi, l'appétence est appréciée par les bêtes. Notamment lorsque ses bottes ont été exposées au soleil pendant un certain temps : elles offrent alors un goût caramélisé très apprécié des bovins.

  • L' entreposage en Silo :
  • Cette solution reprend le principe de l'ensilage en tunnel, mais le fourrage est stocké cette fois-ci en silo. La qualité de préservation via un entreposage en silo est très bonne (sous réserve d'une bonne fermeture du silo) mais le coût d'installation des silos est forcément plus élevé.

La préservation sous forme humide préserve la qualité nutritive des fourrages tout en les rendant disponibles pour la nutrition animale pendant les périodes où la croissance de l'herbe est limitée. Le choix de la solution dépendra des ressources disponibles, de la quantité de fourrage à conserver et surtout des besoins de l'exploitation agricole.

Les facteurs à prendre en compte pour choisir la solution de préservation des fourrages

Le temps de préservation des fourrages

Le temps de conservation est le premier facteur à prendre en compte lors du choix de la solution appropriée. Une fermentation efficace avec une baisse du pH favorise une préservation optimale. La durée pendant laquelle les fourrages doivent être stockés avant d'être utilisés influencera considérablement la solution de préservation à adopter. Par exemple, un entreposage du fourrage en ensilage tunnel nécessitera d'être très vigilant sur la qualité du tunnel. L'environnement d'anaérobie devra être parfait, empêchant ainsi la prolifération des micro-organismes indésirables. Un entreposage en silo de l'ensilage sera ainsi parfaitement adapté pour une période préservation des fourrages plus longue.

Pour des périodes plus courtes, des solutions d'entreposage en plein air ou en grange peuvent être appropriées, car elles permettent une utilisation plus immédiate tout en minimisant les risques de détérioration. Cela sera notamment le cas pour l'enrubannage par exemple, mais aussi pour les balles de foin ou de paille, si elles doivent être stockées en extérieur.

Le temps de préservation des fourrages est un critère déterminant qui va orienter le choix de la solution de préservation pour garantir une nourriture de qualité pour le bétail tout au long de l'année.

Le lieu d'entreposage

Le lieu de entreposage va également fortement impacter la solution de préservation des fourrages retenue. Et cela est logique : tous les lieux de stockage ne sont pas adaptés à tous les types de fourrage. Avez-vous de la place pour un stockage en bâtiment ? Des tunnels d'ensilage disponibles ? Des plateformes qui ne sont pas couvertes ? Des silos ? Ou au contraire vous n'avez plus de place pour stocker le fourrage restant ?

Toutes ces questions vont venir impacter votre choix de préservation des fourrages.

S'il reste de la place dans vos hangars, les bottes issues de la fenaison seront la meilleure solution. Attention à la teneur en humidité du fourrage toutefois, pour éviter les risques d'incendie.

Un tunnel d'ensilage disponible sera optimal, pour de l'herbe humide fauchée ensilée ou pour du maïs. Qui plus est si le tunnel d'ensilage est bétonné, ce qui réduira le risque de développement de micro-organismes et de levures.

À l'inverse, si vous n'avez plus de lieu de stockage disponible, il faudra envisager de stocker directement en champ, auquel cas l'enrubannage est une solution intéressante. Si le film d'enrubannage choisi possède un traitement anti UV de qualité, votre fourrage bénéficiera d'une bonne préservation face au soleil et développera une bonne acidification. Les balles de foin peuvent également être envisagées, mais pour des plus courtes périodes. Si elles sont victimes d'intempérie, les balles se conserveront moins bien et le fourrage sera moins appétent pour les troupeaux.

Les apports nutritifs attendus

C'est le dernier facteur évoqué mais celui qui va sans doute être le plus important dans votre choix de la solution de préservation des fourrages : la valeur alimentaire du fourrage diffèrera selon son format de préservation.

Les apports nutritifs attendus jouent un rôle majeur dans le choix de la solution de préservation des fourrages. Pour obtenir une préservation optimale, on vise généralement une fermentation lactique, car l'objectif principal est d'obtenir une baisse du pH du fourrage, en ensilage notamment. Un pH qui demeure élevé après 2 à 3 semaines est le signe d'une fermentation insuffisante ou déficiente, ce qui peut compromettre la qualité nutritionnelle du fourrage. En revanche, un pH plus bas favorise le développement des bactéries acidophiles, contribuant ainsi à une meilleure préservation.

L'appétence du fourrage sera très importante pour assurer un régime alimentaire équilibré pour le bétail. Une bonne saveur du fourrage est cruciale pour garantir que les bêtes consomment suffisamment de nourriture pour répondre à leurs besoins nutritionnels.

En ce qui concerne l'enrubannage, la caramélisation du fourrage due à l'exposition de la balle au soleil sera appréciée par le bétail. Néanmoins, il faudra rester vigilant : si cette exposition est trop longue, le fourrage risque de trop fermenter et ne plus être bon pour les bêtes.

Enfin, si vous optez pour une préservation en balle de foin, c'est la qualité de l'herbe qui impactera l'apport en nutriments auprès des bêtes.

Techniques de conservation de fourrages : tableau comparatif

<-Sec-> <- Humide ->
Balle de foin ou de paille Pâturage Grain Ensilage en tunnel Ensilage au silo Enrubannage
Teneur en humidité du fourrage - de 20% Pas de prérequis Dépend du grain (maïs, blé, orge...) Différent selon le type d'ensilage (herbe ou maïs) Différent selon le type d'ensilage (herbe ou maïs) Jusqu’à un taux de MS de 40%
Lieu de entreposage Hangar (Contrôle de l'humidité indispensable pour éviter l'échauffement du foin) Pas d'entreposage, pâturage du cheptel en champ Endroit Sec et couvert (indispensable) Sous tunnel, en extérieur Silo Extérieur ou Intérieur
Coût Pressage + entreposage Coût faible (seulement la clôture) Assez élevé Coût moyennement élevé (achat des bâches + journée de récolte) Assez élevé (coût du silo et récolte) Moyen (film d'enrubannage + pressage)
Avantages Simplicité de entreposage, Appétence Pas de transformation nécessaire (Conservation 100% naturelle, à part entière) Apport nutritif très important Bon apport nutritif
bonne appétence
Si le Ph baisse, la conservation est bonne
Bon entreposage, bon apport nutritif
bonne appétence
Bon apport nutritif
Convient à un foin plus humide
Inconvénients Dépendant des conditions météorologiques Dépend de la météo (si le pâturage est trop humide, les vâches risquent d'abîmer le champ)
Plus ou moins fourni selon la période
Coût (entreposage + production) entreposage doit être fait précaution (attention à l'humidité et à la qualité de la bâche) Coût de entreposage assez élevé Attention à la conservation des bottes
L'enrubannage ne doit pas être abîméL'enrubannage ne doit pas être abîmé

Ce qu'il faut retenir :

  • Il existe plusieurs solutions de préservation des fourrages : ensilage en tunnel, enrubannage, entreposage en silo...;
  • Chaque moyen de préservation possède des avantages et des inconvénients;
  • C'est la valeur nutritive attendue qui va déterminer en priorité la méthode de préservation des fourrages à choisir.

Les questions fréquentes que l'on se pose sur la conservation des fourrages

Pour conserver l'ensilage, choisissez de le stocker dans un endroit à l'abri de l'humidité et de l'air. Assurez-vous également de bien tasser l'ensilage pour éliminer l'air et prévenir la formation de moisissures.

Le meilleur fourrage dépend des besoins spécifiques de vos bêtes et des conditions météorologiques. En général, les pâturages naturels, l'herbe fraîche et les légumineuses comme la luzerne sont d'excellentes options, mais veillez à adapter le choix en fonction des espèces animales et de leur stade de développement pour assurer une nutrition équilibrée.

Voici une liste des principaux types de fourrage :