03 52 99 00 00 (non surtaxé) ou service client (réponse sous 4H)

L'espace de documentation sur l'agriculture,
pour vous aider sur votre exploitation !

L’espace de documentation, 100% gratuit,
pour vous aider sur votre exploitation !

Élevage

Ensilage : principe, définition et astuces pour réussir

Date de publication : 19/09/2023

En tant qu'éleveur, vous savez à quel point la qualité de l'alimentation de votre bétail est cruciale pour assurer sa santé et sa productivité. Les ensilages agricoles sont l'une des méthodes les plus répandues pour conserver et stocker les fourrages destinés à vos animaux. C'est une technique qui permet de préserver les nutriments essentiels présents dans les cultures fourragères tout en minimisant les pertes.

Dans cet article, nous allons plonger dans l'univers des ensilages agricoles, découvrir leur fonctionnement, leurs avantages et les bonnes pratiques pour obtenir un ensilage de qualité supérieure. Que vous soyez un éleveur expérimenté à la recherche de conseils pour améliorer votre technique ou un débutant cherchant à en savoir plus sur cette méthode, suivez-nous pour tout savoir sur les ensilages agricoles et comment en faire un atout majeur dans l'alimentation de votre bétail.

Pourquoi fait-on de l'ensilage ? (définition)

L'ensilage est une technique de conservation des récoltes agricoles, notamment des fourrages tels que l'herbe, le maïs, ou encore les cultures céréalières. L’ensilage permet de conserver des fourrages sur toute la période comprise entre leur récolte et leur consommation par le bétail, grâce à un processus de fermentation par anaérobie. L’ensilage est en particulier plébiscité pour l'alimentation bovine, car il est à la fois peu cher et très nutritif. Ce procédé de conservation de l’alimentation du bétail comprend 2 étapes :

  • hachage du fourrage
  • stockage compact à l’abri de l’air et de l’humidité

A noté qu'il existe plusieurs techniques de conservation de votre fourrage, chacune avec ses spécificités. Par exemple, l'ensilage implique la conversion du fourrage en silo, alors que l'enrubannage consiste à envelopper à l'aide d'une botteleuse, quatre à six couches de film plastique l'herbe récoltée et pressée en balles.

Tracteur champs

Quel est le principe de l'ensilage ?

L’ensilage est un procédé de conservation par fermentation. Dans ce procédé, des organismes anaérobies, c’est-à-dire des organismes qui se développent en l’absence d’oxygène, créent de l’acide lactique grâce aux ferments lactiques compris dans les fourrages. C’est ce qu’on appelle la fermentation lactique (ou lactofermentation). Elle a deux avantages :

  • l’élimination d’autres bactéries, qui pourraient accélérer la détérioration du fourrage (moisissure), voire être nocives pour l’humain (lait impropre à la consommation par exemple) ou le bétail (rations comprenant de la terre contaminée),
  • l’enrichissement du fourrage en protéines digestibles dans l'intestin (PDI) et en unités fourragères (UF), donc une meilleure alimentation pour les animaux, et une meilleure production laitière.

Comment stocker l’ensilage ? (silo)

L’ensilage peut se faire de différentes manières selon le budget dont vous disposez, et le taux de perte de fourrage acceptable à l’échelle de votre exploitation. Trois types de silos permettent de stocker la production fourragère lorsqu’on choisit la conservation par ensilage

  • Silo taupinière : cette méthode d'ensilage ne nécessite aucun investissement en structure, puisqu’elle consiste à disposer le fourrage en tas sur un sol en béton. Cependant, cette méthode ne préserve pas les extrémités de l’air et de l’humidité, et induit donc plus de pertes que d’autres méthodes d’ensilage.
  • Silo couloir : comme son nom l’indique, il s’agit ici de conserver le fourrage entre 2 murs de béton, éventuellement recouvert d’une bâche d’ensilage en plastique. Ici, moins de zones à l’air libre, donc moins de pertes, en revanche un investissement est nécessaire afin d’ériger les murs.
  • Silo vertical : c’est le silo dans sa forme la plus conventionnelle, utilisé également pour le stockage du grain. Un gros investissement est nécessaire pour la construction du silo, cependant c’est la méthode qui offre la meilleure conservation de la production, et qui demande le moins d’espace de stockage.

L'utilisation d'une bâche d'ensilage :

L'utilisation d'une bâche d'ensilage pour couvrir un silo est un moyen courant et efficace de préserver le fourrage stocké. Avant de commencer, il est important de préparer le silo en vous assurant qu'il est propre et en bon état. Vous devez également choisir une bâche d'ensilage de qualité adaptée à vos besoins. Une fois que vous avez déroulé la bâche et l'avez nettoyée, déployez-la sur le silo et attachez-la fermement tout autour avec des fixations appropriées. Il est recommandé de sceller les bords pour une meilleure étanchéité. Surveillez régulièrement la bâche pour détecter tout dommage éventuel.

Il est important de noter que chaque silo peut présenter des spécificités, il est donc essentiel de suivre également les recommandations du fabricant de la bâche d'ensilage et de consulter les bonnes pratiques agricoles de votre région. En suivant ces étapes, vous pouvez utiliser efficacement une bâche d'ensilage pour couvrir votre silo et préserver la qualité de votre fourrage.

Champs. agricole

Comment réussir son ensilage ?

Le bon rendement d’un ensilage tient à un certain nombre de facteurs, dont les 2 principaux sont le moment de la récolte et la qualité du hachage.

Quand récolter pour un ensilage de qualité ? (herbe , légumineuses, maïs)

Le taux d’humidité est le facteur clé dans la réussite de votre ensilage. Un fourrage trop sec ne sera pas assez compact, et risque une dégradation précoce. À l’inverse, le manque de matière sèche crée un fourrage inutilement volumineux, et des écoulements aux abords de votre ensilage.
La teneur en matière sèche varie en fonction de la plante utilisée pour le fourrage. Par exemple :

  • Ensilage herbe et graminées : 25-30% de matière sèche
  • Légumineuses : 25-35% de matière sèche (33% pour la luzerne)
  • Ensilage maïs : 32-35% de matière sèche

Pour connaître le taux de matière sèche des plantes, on peut se référer à leur stade de maturation. Par exemple, le maïs atteint une teneur en matière sèche idéale au stade pâteux-vitreux, tandis que la luzerne doit être récoltée lors des premiers bourgeonnements. Les chambres d'agriculture peuvent également réaliser pour les agriculteurs des analyses du taux de matière sèche des fourrages, afin de définir le moment de récolte idéal pour leur ensilage.

Pour certains fourrages, tels que l’herbe ou la luzerne, il peut être nécessaire de passer par une étape de séchage en champs, en andain, afin d’atteindre le taux de matière sèche souhaité. C’est ce qu’on appelle un préfanage.

Comment bien hacher le fourrage ?

Le hachage des fourrages est important pour trois raisons :

  • conserver la récolte bien tassée, en anaérobie
  • garantir son appétence pour le bétail
  • éviter une acidification du fourrage

Il est important de ne pas hacher le fourrage trop grossièrement, au risque d’obtenir un résultat insuffisamment dense, mais un fourrage haché trop finement risque de ne pas constituer une alimentation appréciée par les bêtes, et d’être trop acide.

Par exemple, pour du fourrage maïs, on conseille de régler la finesse de hachage de l’ensileuse entre 15 et 30 mm, et de rechercher un grain très fragmenté.

récolte herbe pour ensilage

Mauvais ensilage : quels sont les risques ?

Une attention particulière doit être portée sur ces grandes étapes de l’ensilage. Une mauvaise installation, une teneur en matière trop faible, ou un fourrage mal haché ont des conséquences sur le rendement de votre récolte, mais pas seulement. Des problématiques de pollution et de santé animale doivent également être prises en considération.

Pollution liée au jus d’ensilage

Un fourrage trop humide provoque des coulées de “jus d'ensilage”. Un taux de matière sèche trop important est donc souvent préférable à un taux insuffisant. Par ailleurs, le stockage du fourrage sur le béton plutôt que sur une surface poreuse, ou en contact direct avec le sol, réduit considérablement les risques de pollution des cours d’eau.

Quelques précautions pour préserver la santé du bétail

Un ensilage peut être contaminé, en particulier par la présence de terre ou de lisier. Par exemple, des cadavres ou déjections d’animaux peuvent se retrouver dans le fourrage, risquant de transmettre aux animaux le botulisme. Le taux de mortalité lié à cette maladie est important, et elle rend la viande comme le lait des animaux atteints impropres à la consommation.

L’installation de silos d’ensilage sur des surfaces en béton, une hauteur de coupe raisonnable (environ 6 cm), et un tassage avec un outil propre sont quelques-unes des bonnes pratiques à intégrer pour éviter les contaminations. Afin de réduire les risques au maximum, il est d’ailleurs recommandé de ne pas fertiliser les parcelles liées à la culture animale comme végétale avec des fientes.

L’ensemble de ces précautions concernant l’ensilage de votre production sont indispensables pour une bonne conservation des rations, et pour garantir une alimentation du bétail de qualité. Comme le relevait récemment un agriculteur du Nord sur le site Reussir.fr, “avec des vaches à 10 000 kilos, il n’y a pas de lait sans fourrages de qualité”

Les questions fréquentes que l'on se pose sur l'ensilage :

L'ensilage d'herbe est réalisé pour diverses raisons bénéfiques dans l'alimentation animale. Il permet de préserver la valeur nutritionnelle des herbes et des plantes entière pendant les périodes où le pâturage n'est pas possible, comme les mois d'hiver ou les périodes de sécheresse. De plus, l'ensilage permet de conserver les nutriments essentiels tels que les glucides, les protéines et les vitamines, faisant ainsi de lui une source alimentaire riche et équilibrée pour les animaux. Le chantier d'ensilage est un processus efficace pour assurer une alimentation continue et de qualité aux animaux tout en minimisant les pertes nutritionnelles.

Lorsqu'il s'agit de choisir entre l'ensilage et l'enrubannage pour la conservation des fourrages, les exploitations agricoles ont deux options à considérer. L'ensilage implique la fermentation anaérobie du fourrage dans des silos ou des tranchées, conservant les éléments nutritifs tout en créant un environnement acide qui inhibe la croissance de micro-organismes indésirables. En revanche, l'enrubannage consiste à emballer le fourrage dans des balles hermétiques de plastique, créant un environnement anaérobie favorisant également la conservation des nutriments.Les exploitations agricoles doivent prendre en compte ces facteurs tout en considérant leurs besoins spécifiques en alimentation animale pour déterminer le mode de conservation le mieux adapté à leur situation.

L'ensilage du foin peut être une option intéressante pour l'alimentation des vaches. Cependant, il faut prendre en compte plusieurs facteurs avant de décider. L'ensilage du foin implique la conservation du foin par fermentation anaérobie, ce qui préserve les nutriments et améliore la digestibilité pour les vaches laitières. Il est crucial de vérifier l'humidité du foin pour l'ensilage, généralement entre 40% et 60%, pour éviter les problèmes de fermentation indésirable. De plus, la gestion attentive du processus d'ensilage est nécessaire pour prévenir les risques de contamination ou de fermentation défectueuse.

L'ensilage est généralement réalisé pendant la période estivale, notamment en été, lorsque les cultures fourragères telles que l'herbe ou le maïs sont à leur apogée en termes de croissance et de valeur nutritionnelle. Cela permet de capturer la valeur nutritive maximale des plantes pour l'alimentation animale. Cependant, la période exacte peut varier en fonction de la région, des conditions météorologiques et du type de culture. Il est crucial de choisir le moment opportun pour effectuer l'ensilage afin d'obtenir un fourrage de qualité supérieure et d'assurer une conservation optimale du matériau ensilé.