03 52 99 00 00 (non surtaxé) ou service client (réponse sous 4H)

L'espace de documentation sur l'agriculture,
pour vous aider sur votre exploitation !

L’espace de documentation, 100% gratuit,
pour vous aider sur votre exploitation !

Élevage

Fenaison : 3 infos à savoir (définition et conseils)

Date de publication : 09/08/2023 Temps de lecture : 6 minutes

Apprenez tout ce qu’il faut savoir sur la fenaison dans cet article. Vous allez découvrir ce qu’est la fenaison, son histoire, ses différentes étapes et même toutes les clefs pour bien la réussir ! Vous vous posez des questions sur la fenaison ? Que vous soyez du milieu agricole ou non, à la fin de cet article, vous serez un véritable expert de la fenaison.

La Fenaison, c’est quoi ? 

Définition de la fenaison

La fenaison est une pratique agricole qui implique la récolte des herbes et des plantes destinées à la production de foin. Très concrètement, cela désigne la coupe et la récolte des foins. Au sens strict du terme, la fenaison désigne seulement le séchage de l’herbe fauchée, mais elle englobe plus communément plusieurs étapes, du fauchage au stockage du foin.

La période des foins

La période des foins se fait généralement en deux étapes. La première “coupe” a lieu en juin en France. Cette étape, aussi appelée fauchage, se fait sur des prés naturels (de l’herbe) ou des prairies cultivées, composées par exemple de trèfle, de luzerne… C’est l’agriculteur qui choisit quelle culture il souhaite développer selon plusieurs critères et notamment les atouts nutritionnels qu’il souhaite apporter à ses bovins par exemple. 

Une deuxième coupe peut avoir lieu quelques semaines plus tard, selon les conditions météorologiques. Généralement, la pluie est très appréciée par les agriculteurs après un premier fauchage car cela permet à la prairie de se régénérer dans l’optique d’une deuxième coupe ! Cela permet à l’agriculteur d’avoir un maximum de fourrages en stock pour nourrir ses bêtes l’hiver. 

Époque de la fenaison (autrefois)

L'époque de la fenaison est un processus relativement ancien dans le monde agricole. Historiquement, on parle dans un premier temps de fenaison manuelle. Les paysans se servaient alors d’une faux pour couper le fourrage et remuaient ensuite le foin avec une fourche pour favoriser son séchage. 

Mais avec l’industrialisation de l’agriculture, la fenaison manuelle a progressivement disparu au cours du XXème siècle en France, laissant place à la fenaison mécanique. Aujourd’hui, les agriculteurs utilisent des engins agricoles, que nous allons vous détailler dans le prochain paragraphe. Cette fenaison mécanique représente plusieurs avantages : 

  • Gain de temps
  • Le travail est moins pénible
  • Moins de perte sur la coupe du foin

Comment faire la fenaison ? ( fauchage, fanage, andainage ...)

Comme nous l’expliquions en début d’article, la fenaison désigne historiquement seulement le fauchage et le séchage du fourrage. Chacune de ces étapes nécessitent un matériel de fenaison adapté. Mais ici, nous allons détailler tout le processus qui entoure la coupe des foins.

  • Le fauchage
  • C’est la première étape et c’est logique : le fauchage désigne la coupe du foin. Pour cette étape, l’agriculteur utilise une faucheuse qui se contente donc de couper le contenu de la prairie. Pour commencer la fenaison, l’agriculteur doit trouver le bon équilibre entre rendement et la valeur nutritive de l’herbe fauchée pour ses animaux. 

  • Le fanage
  • Le fanage consiste à aérer l’herbe pour favoriser son séchage. C’est une étape importante puisqu’elle garantit la bonne conservation du foin lors de son stockage ensuite. Pour cela, il faut atteler sur le tracteur agricole une faneuse qui, avec ses toupies, va donc retourner le foin. Il est possible de faner plusieurs fois, selon les conditions météorologiques par exemple et selon le “rendu” choisi. C’est une étape très importante pour ne pas prendre de risques pendant le stockage (voir plus bas).

    Si l’agriculteur opte par exemple pour de l'enrubannage, il est conseillé de moins faner afin que le foin devienne moins sec.

  • L’andainage
  • Ça y est, le foin est suffisamment sec, il est temps de passer à l’andainage ! Ici, le nom de la machine est encore une fois assez logique puisqu’on l’appelle l’andaineur. Cette machine va rassembler le foin pour le mettre en andin pour la prochaine étape. Les andins ne devront être ni trop petits pour gagner du temps, ni trop gros pour que la botteleuse puisse absorber correctement le foin.

  • Le pressage
  • Le pressage peut être effectué le même jour que l’andainage. Il est même généralement conseillé de ne pas trop attendre après l’andainage, pour ne pas risquer qu’il pleuve avant de presser le foin. Ici, on utilise une presse à balle, qu’on appelle aussi bottleuse pour faire des round baller (bottes rondes), aussi appelée balles de foin. Il est possible de choisir la forme de la balle de foin ainsi que son diamètre avec le matériel d’aujourd’hui. Le choix dépend de la configuration des bâtiments ou des auges que possède l’agriculteur.

  • Le stockage
  • Enfin, voilà la dernière étape : le stockage. Pour cette étape, l’agriculteur utilise généralement ce qu’on appelle un plateau, une remorque pour emmener les balles de foin jusqu’à l’endroit de stockage. Il utilise ensuite un chargeur de tracteur pour stocker les bottes de foin sur plusieurs étages.

    Avant de stocker les balles de foin, l’agriculteur doit penser à mesurer la température de celles-ci. En effet, il est conseillé de ne pas stocker une botte de foin possédant une température supérieure à 20° Celsius, sous peine de s’exposer à des risques d’incendie par la suite, la botte pouvant comburer.

Comment réussir sa fenaison ? (outils et travaux)

Si vous êtes agriculteur, vous connaissez sans doute une grande partie des éléments présents dans ce début d’article. Les conseils que nous vous donnons maintenant vous intéressent sans doute un peu plus : 

  • Maîtriser le séchage de l’herbe.
  • Le fanage est une étape très importante de la fenaison. Un beau soleil avec du vent vous aidera à obtenir un foin suffisamment sec rapidement. Pour cela, pensez à bien regarder la météo agricole prévue sur les jours qui suivent le fauchage de la prairie pour choisir la meilleure époque de fenaison. Un foin trop humide pourrait fermenter pendant son stockage alors qu’un foin trop sec perdra ses valeurs nutritives. Mais comment savoir si l’herbe est suffisamment sèche ? Ici, pas de secrets, il faut vérifier manuellement et regarder l’herbe fauchée : c’est l'œil (et l’expérience) qui comptent. Il est conseillé de regarder directement les andins, en mettant la main dans ceux-ci. Si le foin est chaud et humide en dessous, il est recommandé d’attendre avant de le presser.

  • Éviter les pertes.
  • Pour maximiser le rendement de sa prairie, il faut bien-sûr éviter les pertes. Pendant le fauchage, il faut bien régler la faucheuse pour qu’elle coupe l’herbe au plus bas et veiller à ne pas en laisser sur la prairie. Il est important également de bien régler le faneur pour qu’il ne puisse pas prendre des pierres par exemple, ce qui pourrait abîmer le matériel. Soyez particulièrement attentifs à la vitesse d’avancement, à la vitesse des toupies et à ce que le faneur effleure correctement le sol. Lors de l’étape de pressage, il faut régulièrement vérifier que la botteleuse prend correctement tout l’andin également. Après le stockage du foin, il est envisageable de mettre les bovins dans la parcelle afin qu’ils la nettoient. Avec toutes ces techniques, vous limiterez au maximum les pertes.

  • Ne pas stocker le foin trop longtemps à l’extérieur.
  • Stocker le foin trop longtemps à l’extérieur, pendant une période pluvieuse notamment, n’est pas une bonne idée. Il est conseillé de stocker son foin dans des endroits prévus à cet effet, sous des hangars ou au moins sous des bâches. Sans cela, le foin perdra de sa qualité et sa conservation sera moins bonne. À l’inverse, il faut prendre le soin de laisser les bottes de foin à l’extérieur avant de les stocker pendant quelques jours, pour éviter les incendies.

Différence entre moisson et fenaison

Il arrive que ces deux termes soient confondus. Or, la fenaison et la moisson sont deux processus de récolte bien distincts ! La moisson désigne la récolte des céréales (blé, orge, triticale, colza), des protéagineux et des légumes secs : ce qu’on appelle des plantes à graine. Vous l’aurez compris, ce qui diffère, c’est la nature de ce qui est récolté ici.

La paille est récoltée pour en faire une litière animale et est parfois aussi utilisée pour l’alimentation animale. Hors agricole, elle sert aussi comme ressource énergétique ou matériau de construction.

une moissoneuse et une faneuse dans un champs

Les questions fréquentes que l'on se pose sur la fenaison :  

Le moment optimal pour faner le foin dépend de plusieurs facteurs : météo, précipitations et climat de la région. En général, commencez la fenaison lorsque l'herbe est à un stade de croissance maximal, généralement en été, pour maximiser la qualité du foin. Cependant, la météo joue un rôle crucial. Planifiez la fenaison pendant une période sèche et ensoleillée pour un séchage adéquat du foin.

En cas de pluies fréquentes ou d'années sèches, ajustez l'époque de la fenaison en fonction des conditions météorologiques. Dans les régions où les pluies sont fréquentes, surveillez les prévisions météo et profitez des périodes ensoleillées pour faner le foin. En période de sécheresse, planifiez les actions de fenaison pour éviter que l'herbe ne soit trop sèche, compromettant la qualité du foin.

Le ramassage du foin est également appelé "andainage" ou "andainement". Cela fait référence à l'action de rassembler l'herbe fauchée en andains, c'est-à-dire en rangées ou en lignes, en vue de son séchage ultérieur et de son ramassage pour le stockage.