03 52 99 00 00 (non surtaxé) ou service client (réponse sous 4H)

L'espace de documentation sur l'agriculture,
pour vous aider sur votre exploitation !

L’espace de documentation, 100% gratuit,
pour vous aider sur votre exploitation !

Élevage

Fourrage : définition, types et plantes fourragères

Date de publication : 28/06/2023

Quelle est la définition du mot fourrage ?

Le fourrage est un terme utilisé pour décrire tous les types de plantes, comme l'herbe, le foin qui sont donnés aux animaux d'élevage pour leur alimentation. Cette nourriture est cruciale pour l'alimentation des ruminants en permettant à l'éleveur de fournir aux animaux les nutriments nécessaires à leur croissance et à leur maintien en bonne santé.
Le fourrage est un élément clé de l'alimentation des animaux d'élevage. Les fourrages les plus couramment utilisés sont le foin, la paille ou encore les produits issue de l'ensilage. Ils sont riches en fibres et en nutriments essentiels tels que les protéines, les glucides, les lipides, les minéraux et les vitamines. Ces nutriments sont nécessaires pour assurer la croissance musculaire et osseuse, le développement du système immunitaire et la production de lait chez les animaux.

Le choix du type de fourrage dépend du type d'animal et de ses besoins nutritionnels spécifiques. Les éleveurs doivent également tenir compte de facteurs tels que la qualité et la disponibilité des aliments, ainsi que de leur coût.

En fin de compte, les choix de fourrage ont un impact significatif sur la qualité de la viande, du lait et des autres produits animaux. Les éleveurs doivent donc être attentifs à la composition de la ration alimentaire de leurs animaux pour garantir des produits de qualité supérieure.

troupeau de chevres en paturage

Quels sont les différents types de fourrage ? ( paille , foin et ensilage)

Le choix des aliments pour les animaux d'élevage est crucial pour garantir leur croissance et leur santé. Indépendamment des méthodes de production du fourrage utilisées, les éleveurs ont plusieurs types de fourrage à leur disposition, avec leurs propres avantages et inconvénients :

  • Le foin est l'un des types de fourrage les plus couramment utilisés. Il est fabriqué à partir de graminées séchées telles que le trèfle, la luzerne ou l'herbe. Le foin est une source riche en fibres alimentaires pour les animaux, ainsi qu'en protéines, vitamines et minéraux de haute qualité souvent stockés en balles rondes.

  • La paille est une autre forme de graminée séchée, mais elle est moins nutritive que le foin car elle contient moins de protéines et de nutriments. Néanmoins, elle peut être utile pour les animaux qui ont besoin d'une nourriture riche en fibres. La paille est donc généralement utilisée comme un des méthodes pour faire une litière confortable pour les animaux. (les chevaux par exemple)

  • L'ensilage est produit à partir de plantes entières coupées et fermentées dans un silo. Il peut être fabriqué à partir de maïs, d'herbes ou de céréales. L'ensilage est une source riche en énergie pour les animaux, mais il peut être difficile à stocker en raison de sa teneur élevée en humidité. On retient comme exemple le maïs ensilage très utlisé en France.

  • Les grains tels que le maïs grain, l'orge et le blé peuvent également être utilisés comme fourrage, souvent en combinaison avec d'autres types de fourrage. Ils sont particulièrement utiles pour les animaux ayant besoin d'une alimentation plus calorique.

  • Enfin, le tourteau est une autre option de fourrage, riche en protéines et en acides aminés. Il est souvent utilisé comme supplément de protéines pour les animaux ayant besoin d'une alimentation plus riche en protéines.

Fourrage vert et fourrage sec : 

La différence principale entre le fourrage vert et le fourrage sec réside dans leur teneur en humidité et leur utilisation comme alimentation pour les vaches ou les chevaux.

Le fourrage vert, composé de plantes fraîches et humides comme l'herbe coupée ou les feuilles de légumineuses, est très hydratant. Il offre une valeur nutritive élevée, riche en vitamines, minéraux et protéines, ce qui en fait un choix de premier ordre pour nos animaux. Pendant les beaux jours, nos vaches se nourrissent et ruminent les fourrages verts (herbe fraîche, céréales ou maïs coupés avant maturité...) directement dans les prairies, profitant pleinement de la saison du pâturage.

En revanche, le fourrage sec correspond à des plantes qui ont été séchées pour éliminer leur humidité. On pense notamment au foin et à l'ensilage. Le foin est souvent utilisé pour nourrir les chevaux et les ruminants, car il se conserve plus facilement et plus longtemps sans risque de fermentation indésirable.

Le choix entre le fourrage vert et le fourrage sec dépend des besoins spécifiques des animaux et des préférences des éleveurs. Par exemple, les vaches et les moutons s'adaptent bien à une alimentation à base de fourrage sec. En revanche, les chevaux peuvent bénéficier des nutriments supplémentaires apportés par le fourrage vert.

Qu'est-ce qu'un bon fourrage ?

Un bon fourrage doit fournir aux animaux d'élevage les éléments nutritifs dont ils ont besoin pour leur croissance et leur santé. Voici quelques critères qui permettent de déterminer la qualité d'un fourrage :

  • Teneur en nutriments : le fourrage doit contenir une quantité suffisante de protéines, de glucides, de lipides, de minéraux et de vitamines nécessaires pour répondre aux besoins spécifiques de chaque animal. Particulièrement vrai pour les vaches laitières , les éleveurs laitiers doivent être particulièrement vigilant sur ce point.
  • Qualité des fibres : le fourrage doit contenir des fibres alimentaires de haute
    qualité pour garantir une bonne santé digestive chez les animaux. Les fibres doivent être facilement digestibles pour éviter les problèmes de santé tels que la diarrhée ou la constipation.

  • Fraîcheur : le fourrage doit être frais pour éviter le risque de moisissure ou de contamination bactérienne. Les éleveurs doivent veiller à stocker leur fourrage dans des conditions appropriées pour préserver sa qualité.

  • Pureté : le fourrage ne doit pas contenir de matières étrangères telles que des pierres, des morceaux de métal ou de plastique, qui peuvent causer des blessures aux animaux.

  • Appétence : le fourrage doit être appétissant pour encourager les animaux à le consommer régulièrement. Si les animaux refusent de manger le fourrage, cela peut entraîner des carences nutritionnelles et des problèmes de santé.

En somme, un bon fourrage doit être nutritif, facilement digestible, frais, pur et appétissant pour garantir la santé et le bien-être des animaux d'élevage.

champs de phacelie

Quelles sont les principales plantes fourragères ?  (Sorgho, chou, pois, seigle, méteil, colza )

Les espèces fourragères sont des plantes cultivées spécifiquement pour l'alimentation des ruminants. Elles fournissent une source de nourriture essentielle, riche en éléments nutritifs pour le bétail. Les espèces fourragères peuvent être cultivées comme cultures principales ou comme cultures intercalaires dans les champs d'autres cultures.

Voici quelques exemples d'espèces fourragères couramment utilisées :

  • Le trèfle : riche en protéines et en fibres, il est souvent utilisé comme complément alimentaire pour les animaux. On peut retrouver différentes variétés : tréfle incarnat , trèfle blanc ou encore le trèfle hybride
  • La luzerne : La luzerne : également riche en protéines et en fibres, elle peut être cultivée de manière pérenne et fournit une source régulière d'alimentation pour les animaux.
  • Le ray-grass: riche en glucides et facilement digestible, il est souvent utilisé comme source d'énergie pour les animaux. Il exsite plusieurs espèces notamment le ray grass anglais
  • La fétuque élevée : riche en fibres, elle est souvent utilisée pour améliorer la qualité nutritionnelle du fourrage.
  • Le chou fourrager: Le chou fourrager est un aliment idéal pour le bétail, en particulier pendant les mois froids. Résistant au froid, il fournit une source de fourrage fraîche et énergétique. 
  • Le méteil:  Le méteil est un mélange de céréales et de légumineuses qui offre une diversité nutritionnelle aux animaux. 
  • Le colza fourrager: Le colza fourrager est une source d'alimentation de qualité supérieure pour le bétail. Avec sa teneur élevée en protéines et sa bonne digestibilité, il favorise une utilisation optimale des nutriments. Voir toutes nos variétés de semences de colza.
  • La phacélie : riche en fibres et en minéraux, elle est souvent utilisée comme culture intercalaire pour améliorer la fertilité du sol.
  • Le dactyle : riche en fibres, il est souvent utilisé comme complément alimentaire pour les animaux.
  • Le sorgho fourrager : riche en énergie, il est souvent utilisé pour les animaux ayant besoin d'une alimentation plus calorique.
  • Le maïs ensilage : riche en fibres et en énergie, il est souvent utilisé comme source d'alimentation pour les bovins, les porcs et les volailles.

Pour connaître le taux de matière sèche des plantes plusieurs méthodes existent, on peut se référer à leur stade de maturation. Par exemple, le maïs atteint une teneur en matière sèche idéale au stade pâteux-vitreux, tandis que la luzerne doit être récoltée lors des premiers bourgeonnements. Les chambres d'agriculture peuvent également réaliser pour les agriculteurs des analyses du taux de matière sèche des fourrages, afin de définir le moment de récolte idéal pour leur ensilage.

Finalement; les cultures fourragères jouent un rôle essentiel dans l'alimentation et la santé des animaux d'élevage, en fournissant des protéines, des fibres et d'autres éléments nutritifs nécessaires à leur croissance et à leur production. Les éleveurs doivent donc faire leur choix avec vigilance.

Les questions fréquentes que l'on se pose sur les fourrages :

Le fourrage, aliment essentiel pour les animaux d'élevage herbivores tels que les vaches et les moutons, est élaboré en plusieurs étapes. Tout d'abord, les plantes riches en fibres, comme les herbes et les légumineuses, sont récoltées au moment optimal de leur valeur nutritionnelle. Ensuite, ces plantes sont soigneusement séchées pour réduire l'humidité et préserver les nutriments essentiels. Elles sont ensuite préparées en morceaux plus petits pour faciliter leur manipulation et leur stockage, exemple : les balles de foin. Le fourrage ainsi préparé est conservé dans des endroits appropriés pour éviter l'humidité et les contaminants. Enfin, en fonction des besoins des animaux, le fourrage est distribué dans des mangeoires ou à la main.

La quantité de fourrage qu'une vache dévore quotidiennement dépend d'une multitude de facteurs, tels que sa taille, son poids, son âge, sa race, son niveau d'activité et de production, ainsi que la qualité et le type de fourrage qu'elle consomme. En moyenne, une vache adulte engloutit entre 2% et 3% de son poids corporel en matière sèche chaque jour.

Le "foin" fait référence à de l'herbe ou des plantes coupées et séchées, principalement des graminées et d'autres herbes. Il est séché pour une conservation à long terme sans moisissure et utilisé comme aliment hivernal pour les animaux lorsque les pâturages sont moins accessibles. Le "fourrage" est un terme plus général incluant une variété d'aliments pour les animaux d'élevage. Il peut inclure le foin, ainsi que d'autres plantes, légumineuses, céréales, grains, feuilles et silos d'ensilage (plantes fermentées). Le fourrage peut être utilisé frais, séché ou conservé de différentes manières pour nourrir les animaux toute l'année. En résumé, le foin désigne spécifiquement l'herbe ou les plantes séchées, tandis que le fourrage est un terme plus large englobant différents types d'aliments pour animaux, y compris le foin et d'autres aliments nutritifs.

La récolte du maïs dépend de plusieurs facteurs :

  • Stade de croissance : généralement lorsqu'il est "denté" ou "pâteux". Les grains de maïs durcissent à ce stade, mais ne sont pas encore complètement mûrs.
  • Teneur en humidité : pour un ensilage de qualité, le maïs doit avoir une teneur en humidité d'environ 60% à 70%. Une humidité élevée ou faible peut affecter la qualité de l'ensilage.
  • Objectifs d'utilisation : la récolte dépend des objectifs. Pour maximiser la production de grains, elle se fait à un stade plus avancé de maturité. Pour un ensilage de haute qualité, elle se fait à un stade moins avancé.
  • Conditions météorologiques : les prévisions de pluie peuvent influencer le moment de la récolte. Il est préférable de récolter le maïs par temps sec pour éviter une teneur en humidité excessive.