03 52 99 00 00 (non surtaxé) ou service client (réponse sous 4H)

L'espace de documentation sur l'agriculture,
pour vous aider sur votre exploitation !

L’espace de documentation, 100% gratuit,
pour vous aider sur votre exploitation !

Élevage

Ensilage d'herbe : pratique et conseils !

Date de publication : 10/10/2023

L'ensilage d'herbe représente une méthode essentielle de conservation du fourrage pour le bétail, offrant une source nutritive riche même pendant les périodes où les pâturages sont limités. Découvrez son processus de fonctionnement et les conseils pratiques pour réussir un ensilage de qualité. On vous présente ici les avantages de l'ensilage d'herbe, les étapes pour une récolte optimale, les erreurs à éviter et les diverses options de stockage en silo, tout en décodant les nuances entre l'ensilage d'herbe et l'enrubannage pour répondre au mieux aux besoins du bétail.

Ensilage d'herbe : Définition

L'ensilage d'herbe est une méthode de conservation du fourrage qui joue un rôle vital dans l'alimentation des bovins ou de l'alimentation des ovins. Il implique l'utilisation d'une ensileuse d'herbe, une machine spécialisée pour broyer l'herbe coupée en amont par la faucheuse lors du préfanage. Ce fourrage est ensuite emmené en remorque et stocké dans des silos spéciaux (vous les retrouverez plus bas). L'ensilage d'herbe constitue une source de nourriture hautement nutritive, offrant aux éleveurs une solution efficace pour nourrir leur bétail tout au long de l'année.

Si dans l'inconscient collectif l'ensilage d'herbe désigne uniquement le broyage de l'herbe et son envoi vers les remorques, l'étape de stockage du fourrage est elle aussi très importante.

Comment ensiler de l'herbe ?

La première étape est la fauche à l'aide d'une faucheuse agricole. Le fauchage de l'herbe quelques jours avant l'ensilage, permettant au fourrage de sécher légèrement. Cette étape préparatoire contribue à réduire le taux d'humidité, favorisant ainsi une meilleure fermentation et préservant la qualité nutritionnelle. Il est crucial de réaliser le fauchage avant l'épiaison (la floraison des graminées), généralement au printemps (avril ou mai) en France. Cette épiaison se fera plus ou moins tardivement selon les variétés. Un ray-grass d'Italie se récoltera par exemple plus tôt qu'un ray-grass anglais. C'est à ce moment que la composition sera la plus riche en azote et en nutriments. Durant cette étape, l'agriculteur est particulièrement attentif aux conditions météorologiques : il ne doit pas pleuvoir sur l'herbe fauchée. S'il pleut, cela jouera sur le rendement.

Une fois que l'herbe est prête, elle est coupée et broyée en petites particules par l' ensileuse d'herbe. Le fourrage récolté est ensuite acheminé vers des silos spéciaux, où il est compacté et stocké. Cette fermentation préserve les nutriments tout en empêchant la croissance des micro-organismes nuisibles. En suivant ces étapes avec soin, l'éleveur obtient un ensilage d'herbe de haute qualité, un bon rendement, une source nutritive et abondante pour leur bétail tout au long de l'année. Voilà, vous connaissez le chantier d'ensilage d'herbe de A à Z !

L'ensilage d'herbe est ensuite destiné à l'alimentation des vaches laitières et des bovins à viande.

Focus sur l'ensileuse d'herbe (avantage)

La plupart des ensileuses interviennent après le préfanage effectué quelques jours plus tôt par la faucheuse pour baisser le taux d'humidité. Mais les ensileuses d'herbe récentes sont en capacité de faire à la fois la coupe et le broyage de l'herbe, si celle-ci est suffisamment sèche. 

Les ensileuses sont composées d'une coupe qui va venir prendre l'herbe et la broyer directement dans la machine. Cette "largeur de coupe" va en fonction de sa capacité (et des andins) être en mesure de prendre parfois plusieurs andins, sur une largeur qui peut dépasser les 8 mètres.

Une ensileuse d'herbe est un gros investissement, puisqu'une machine coûte aujourd'hui plus de 250 000 € en moyenne.

Il existe d'autres moyens pour la récolte : par autochargeuse ou en enrubannage par exemple..

Valeur et rendement de l'ensilage pour les animaux (vaches)

L'ensilage d'herbe présente une valeur nutritionnelle propice pour l'alimentation du bétail. Son rendement élevé en nutriments essentiels (protéines, fibres et glucides) en fait une source de nourriture de choix pour optimiser la santé et la production des animaux d'élevage. En plus d'offrir une grande quantité de fourrage en une seule récolte, l'ensilage d'herbe contribue à maintenir des niveaux de production laitière et de gain de poids satisfaisants chez les bovins. Cette combinaison de valeur nutritive élevée et de rendement généreux en fait une option précieuse pour les éleveurs cherchant à fournir une alimentation équilibrée et abondante à leur troupeau tout au long de l'année..

ensilage herbe

Comment faire un bon ensilage d'herbe ?

Pour obtenir un ensilage d'herbe de qualité, plusieurs éléments clés doivent être pris en compte.

Attention aux bonnes valeurs de taux de matière sèche (ms) de l'ensilage d'herbe

Tout d'abord, il faut faucher l'herbe avant l'épiaison, pour qu'elle garde toute sa qualité nutritive. Le moment de la fauche doit être soigneusement choisi, idéalement avant que les graminées ne deviennent trop matures, afin de préserver la qualité et la valeur nutritionnelle du fourrage. L'objectif est de récolter l'ensilage d'herbe avec une teneur en matière sèche d'environ 25 à 30 %. Une hauteur de coupe d'herbe sur pied entre 7 et 8 cm est recommandée pour assurer une récolte optimale.

La qualité du fourrage dépend également de la teneur en sucres, car les sucres favorisent la fermentation et la préservation des nutriments. Il est essentiel de surveiller le taux de matière sèche de l'ensilage d'herbe pour éviter qu'il ne soit trop humide ou trop sec, car cela peut compromettre la qualité de la récolte mais aussi sa conservation lors du stockage. 

En respectant ces paramètres et en suivant ces directives, les éleveurs peuvent non seulement obtenir un ensilage d'herbe de haute qualité, mais aussi bénéficier d'avantages économiques à long terme. La conservation efficace du fourrage permet une utilisation durable tout au long de l'année, contribuant ainsi à des économies sur les coûts d'alimentation du bétail.

Les erreurs à éviter (analyse , conservateur et pertes)

Lors de la réalisation de l'ensilage d'herbe, certaines erreurs doivent être évitées pour garantir la qualité et la conservation du fourrage :

  •  Un taux d'humidité trop élevé entrainera une fermentation inadéquate et la prolifération de moisissures, réduisant la valeur nutritive.

  • À l'inverse, un ensilage d'herbe trop sec compromet la fermentation et la conservation.

  • Une couverture inadéquate des silos entrainera des entrées d'air qui altéreront le processus de conservation. En cela, le fait de tasser du silo est très important

  •  Les pertes dans le champ lors de la récolte peuvent être minimisées en limitant l'andainage et en ensilant sur des journées où le vent n'est pas trop fort. Les bovins peuvent être mis dans la parcelle après la journée d'ensilage, pour se nourrir du fourrage perdu pendant quelques jours.

  • Un ensilage trop humide, entrainera des coulées de jus d'ensilage, qui sont polluantes et impropres à la consommation pour l'animal.

Où stocker l'ensilage ? Les différents silos d'ensilage

La question autour du silo ensilage se pose selon plusieurs critères. Si les silos présentés ci-dessous diffèrent sur plusieurs points, ils ont deux points communs. Ils doivent être en forme de dôme sur le dessus, afin de faciliter la circulation de l'eau durant les intempéries et éviter qu'elle ne stagne. Ils doivent aussi limiter au maximum la circulation d'air pour que le fourrage se conserve au mieux, l'herméticité est la clef : 

  • Le silo couloir. C'est aujourd'hui le plus populaire. Il nécessite la création d'un couloir en béton et de deux murs qui l'entourent. Cette construction doit être étanche et représente un coût. Mais au-delà de l'investissement de départ, il faut se rendre compte que le silo couloir présente des avantages de conservation et de gain de temps pour nourrir le bétail l'hiver. Il suffit en effet de le débacher assez rapidement. Les silos sont généralement favorisés dans les exploitations possédant des volumes d'ensilage importants.

  • Le silo taupinière. Il peut être établi sur du béton ou à même le sol mais à la différence du silo couloir, il ne possède pas de mur sur les côtés. C'est sa forme en dome et la/les bache(s) qui sont mises en places pour le protéger qui assureront la conservation du fourrage. Le silo taupinière est un moins bon conservateur d'ensilage d'herbe que le silo couloir puisque des pertes auront lieu pendant l'hiver et au moment du désilage. Néanmoins, il reste une alternative moins coûteuse et parfois complémentaire au silo couloir. Si la récolte a été bonne et que le silo couloir est plein, un silo taupinière pourra être créé. Il est alors conseillé de commencer par consommer ce dernier pour limiter les pertes d'ensilage d'herbe.

  • Le silo boudin est un peu moins répandu mais n'en présente pas moins certains avantages. Il est plus hermétique mais est plus difficile à mettre en place. 

Peu importe le silo choisi, il est conseillé de ne pas le débâcher trop hâtivement et de le faire au fur et à mesure pour protéger le contenu au maximum des intempéries.

Les questions fréquentes que l'on se pose sur l'ensilage d'herbe

Le choix entre ensilage d'herbe et enrubannage dépend des objectifs de l'éleveur et des caractéristiques du système d'élevage. L'ensilage d'herbe vise à conserver et stocker le fourrage pour une utilisation à long terme, généralement dans des silos. En revanche, l'enrubannage implique l'emballage hermétique du fourrage dans des balles, offrant une solution plus flexible et portable.

L'ensilage d'herbe a généralement lieu en avril ou mai en France, juste avant l'épiaison de l'herbe, lorsque celle-ci a fait le plein de valeurs nutritives. La période diffère de quelques jours à quelques semaines selon les conditions météorologiques.