Arthur
Arthur - Expert Elevage & Nutrition
Trier par :
 
 
Produits par page :

Qu’est-ce que la drèche ?

La drèche est un résidu solide de l'orge qui sert à faire de la bière et que l'on peut utiliser, frais ou déshydraté, comme aliment pour le bétail. Les drêches sont des restes du brassage des céréales utilisés pour la nutrition animale. Les drêches sont principalement issues des brasseries et des distilleries fabricant des alcools et le bioéthanol, et correspondent à l'ensemble des éléments non solubles qui restent après fermentation et transformation de l'amidon des grains en alcool.

Les drêches constituent un aliment riche en énergie, en protéines et en minéraux utilisé pour nourrir les ruminants, tant pour l'engraissement que la production laitière, mais également d'une manière plus marginale pour les porcs et la volaille. Elles ont été auparavant utilisées par quelques éleveurs situés à proximité des unités de fabrication, mais le développement des biocarburants a multiplié leur production. Beaucoup plus courantes depuis la fin des années 2000, elles font l'objet d'un commerce qui s'internationalise. Elles peuvent se présenter sous différentes formes, fraîches, ensilées ou déshydratées. Ces produits d’alimentation animale permettent une valorisation des productions amont et la mise en place d’un marché pour l’alimentation et la complémentation de la ration du bétail, au même titre que les tourteaux (tourteau de soja par exemple). De ce fait, cela reste un produit abordable.

Comment produire des drèches de brasserie ?

Pour produire des drèches de brasserie, il y a plusieurs étapes. On commence par utiliser de l’orge brassicole dont les éléments utiles en brasserie ne sont pas solubles dans l’eau. L’orge est mise à tremper puis à germer et enfin à sécher pour être transformé en malt de brasserie. Ensuite, le malt est passé dans un concasseur puis placé dans des tonneaux avec de l’eau, il prend alors le nom de brassin. Le brassage peut alors commencer : il s’agit de la transformation de l’amidon du malt en sucre. On obtient alors un produit sucré qui s’intitule le moût. Il est ensuite filtré dans un récipient de décantation où les matières insolubles telles que les balles, les bouts d’enveloppe ou encore les protéines et les lipides sont séparées. Ce sont ces résidus qui constituent les drêches.

Comment ensiler ses drèches ?

L’ensilage des drèches se fait facilement à condition de respecter certaines règles. La première règle est qu’il faut transporter les drèches à ensiler rapidement jusqu’au silo pour qu’elles ne refroidissent pas. Il ne faut pas qu’elles prennent la pluie pendant le transport. La deuxième règle est la suivante : il faut remplir le silo en une seule fois et prévoir un écoulement suffisant pour les jus de fermentation. Ensuite, il faut également que les silos ne soient pas trop gros de façon que les drèches refroidissent rapidement. Il est important de travailler rapidement et sans interruption, on recouvre les drèches de manière hermétique c’est-à-dire avec un film plastique et on tasse uniformément. En effet, si les drèches entrent en contact avec l’air, elles moisissent rapidement et on a alors de grosses pertes… Il faut laisser les drèches fermenter pendant au moins trois semaines. Pour l’affouragement, on sort les drèches et on les distribue chaque jour. S’il y a des cas de post fermentation, il faut sortir les parties échauffées et les éliminer. Il est possible de traiter les couches inférieures non échauffées en prévention à l’aide d’un produit à base d’acide propionique par exemple. Si l’on respecte toutes ses règles, l’ensilage de drèches sera alors de bonne qualité. En effet, il aura un bon rapport acide lactique/acide acétique avec un pH (potentiel Hydrogène) optimal.

Quels sont les attributs nutritionnels des drèches ?

La drèche permet de valoriser l’alimentation des ruminants car elle est riche en protéines qu’elle soit fraîche, ensilée ou pressée.

Les drèches fraîches et ensilées contiennent beaucoup d’eau. Par rapport à leur teneur en énergie dans la matière sèche, nous pouvons comparer les drèches à l’ensilage de maïs. Pour la teneur en protéines, elle est équivalente à celle des pois protéagineux ou au gluten de maïs. Les drèches ont une teneur importante en matière azotée, ce qui permet de complémenter des rations riches en énergie, comme celles qui comportent beaucoup d’ensilage de maïs par exemple.

La drêche est un aliment qui permet de compléter en protéines et autres apports essentiels une ration alimentaire à base de foin et de farine. Elles constituent de la matière première azotée riche et complète. Les drèches sont des aliments disponibles toute l’année, ce qui permet de sécuriser les rations et de les utiliser sur tous les types d’élevages (naisseur, engraisseur, laitier ou allaitant) selon son utilisation. Les drèches peuvent également servir en production avicole ou porcine.

Aujourd’hui, dans un souci de conservation et de transport, les drèches sont le plus souvent sous forme sèche, mais elles existent fraîches ou fermentées, donnant d’autres valeurs nutritionnelles au produit. L’évolution de la forme fraîche à la forme déshydratée est historique et date des vingt dernières années, avec la croissance du marché des biocarburants, et par conséquent l’augmentation du volume de drèches utilisables, ouvrant le marché à l’internationale, là où les drêches fraîches se consommaient initialement au niveau local (conservation courte, transport rapide).

La drêche déshydratée se présente ainsi sous la forme d’un bouchon, facilement distribuable aux animaux, et elle peut également entrer dans la composition d’autres compléments alimentaires plus complexes. Les drêches peuvent être agrémentées de solubles, éléments également issus de la transformation des grains de céréales pour la brasserie ou la distillerie. On les remarque grâce à l’abréviation DDS (ou DDGS).

Sa valeur nutritionnelle est intéressante puisqu’étant un résidu de brassage, elle est davantage concentrée en protéines PDIA, en matière grasse et en minéraux (phosphore et soufre) que les céréales dont elles proviennent, ce qui fait d’elles d’excellents apports protéiques et énergétiques. Attention néanmoins à la quantité incorporée dans les rations. D’une manière générale, quelques kilos suffisent, car les drèches ont le désavantage de ne pas avoir un taux de lysine libre suffisant, acide aminé essentiel et non fabriqué naturellement par les animaux, il doit donc être incorporé dans les rations. La ration doit ainsi comporter une autre source protéique riche en lysine. De plus, les drèches sont riches en éléments gras, dont il ne faut pas abuser.

Quelle est la valorisation dans l’alimentation des ruminants ?

On utilise surtout les drèches de brasseries séchées, fraîches ou ensilées dans l’alimentation des vaches laitières et dans l’engraissement bovin. En effet, la dégradation des protéines des drèches est faible et lente dans la panse ce qui permet une combinaison idéale avec le maïs où l’amidon est dégradé également relativement lentement. Pour les rations de vaches laitières, il est recommandé de mettre cinq à huit kilos de drèches par jour et par vache. Quant aux bovins qui sont à l’engraissement, il est recommandé de mettre un à 1.5 kilo de drèches pour cent kilos de poids vif.

Quelle est la valorisation dans l’alimentation des porcs ?

On peut apporter des drèches pour la valorisation dans l’alimentation des porcs mais en petite quantité. En effet, la digestibilité de cellulose brute des drèches de brasserie chez les porcs est restreinte (en dessous de cinquante pourcent). Cet aliment peut être considéré comme un fourrage « marginal ». Pour les truies gestantes qui ont un faible niveau de performance et pour les porcs à l’engraissement de plus de soixante kilos de poids vif, on peut utiliser un à trois kilos par animal et par jour.

Quels sont les autres valorisations possibles des drêches de brasserie ?

La drêche peut être également utilisée pour plein d’autres applications. La drêche représente depuis quelques années maintenant une alternative pour l’alimentation humaine car le coût de la matière première est faible et la valeur nutritive du produit est assez haute. A cause de la structure physique granuleuse de la drêche, il est préférable de la moudre en une farine avant de l’inclure dans la fabrication de denrées alimentaires. Des études montrent que l’incorporation des drêches de brasserie dans un produit alimentaire permet d’augmenter la quantité de fibres diététiques, de protéines, d’acides aminés essentiels et de diminuer la quantité de calories. Le substrat de drêche permet également d’augmenter la culture des champignons car ce substrat permet le développement du taux d’humidité, de la propriété physique des champignons.

La drêche peut également être utilisée pour la valorisation énergétique. Cette solution permet aux brasseries de réduire leur impact environnemental à la fois en valorisant une partie de leurs déchets, et en produisant de l’énergie potentiellement utilisable par la brasserie elle-même. Il est possible de produire de l’énergie par méthanisation, combustion et fabrication de biocarburant.

Le compostage des drêches est également envisagé pour valoriser ce produit. Le compostage permet de valoriser d’assez grands volumes de drêches, le rapport C/N des drêches étant situé entre 17 :1 et 12 :1 elles représentent une bonne source d’azote pour le compost. D’autres valorisations sont en tests actuellement afin de transformer la drêche en véritable matière première du futur.

Quelle est notre gamme de drêches sur Agriconomie ?

Notre gamme de drèche pour alimentation animale comprend des drèches de maïs et des drèches de blé. Notre drèches de maïs non OGM de type Gand est parfaite pour l’alimentation de votre bétail. En effet, ce produit comprend une forte valeur énergétique avec 26% de protéines brutes et une teneur de 11% de matières grasses. Ce produit est parfaitement adapté pour la santé et l’alimentation de votre bétail car cette drèche apporte un apport de calcium et de phosphore important pour vos animaux. Notre recommandation de consommation de cette drèche est d’une ration de 1 à 4 kg bruts par jour pour les gros bovins et de 1 à 3 kg pour les veaux. Nous proposons également une drèche de blé de Zeitz pouvant compléter l’alimentation de votre bétail. Cette drèche est très riche en protéines et en énergie ce qui peut être une bonne alternative aux tourteaux de soja. Notre recommandation de consommation pour les vaches laitières est de 1 à 5 kg brut par jour et de 1 kg brut par jour par les génisses.

Chez Agriconomie.com, nous vous proposons également d’autres gammes de produit pour la nutrition animale. Profitez des meilleurs prix pour vos tourteaux de soja, colza et tournesol, vos luzernes, vos seaux et blocs à lécher pour bovins ainsi que vos bolus pour bovins.

Agriconomie
Pour afficher les prix négociés dans votre ville Veuillez renseigner votre code postal

En cliquant sur « Voir les prix » vous acceptez nos Conditions générales d'utilisation. et la Politique de protection des données

Les informations demandées sont nécessaires au calcul des prix des engrais et aux échanges commerciaux. Les champs proposés sont obligatoires. Votre adresse email sera utilisées pour échanger avec vous et vous envoyer nos newsletters (contenu technique, lettre d’information marché, offres commerciales, etc.). Vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement et d’opposition au traitement de vos données ainsi que du droit de définir des directives sur le sort de vos données après votre décès. Vous pouvez exercer ces droits dans les conditions prévues par la Politique de protection des données et en envoyant un email à privacy@agriconomie.com.
Les produits de cette catégorie étant dédiés à une utilisation professionnelle, vous confirmez que l’adresse email utilisée est dédiée à votre activité professionnelle.