A quoi sert un produit phytosanitaire ?

Un produit phytosanitaire est un produit chimique (contenant une ou plusieurs substances actives et un ou plusieurs co-formulant) ayant plusieurs actions. La première est de protéger les végétaux ou produits végétaux contre tout organisme nuisible. Puis, le produits phytosanitaire exerce une action sur les processus vitaux des végétaux (régulateur de croissance). Le produit phytosanitaire assure la conservation des végétaux. Enfin, le produit phytosanitaire détruit les végétaux indésirables. Un produit phytosanitaire fait partit de la famille des pesticides.

Quels sont les types de produits phytosanitaires ?

Il y a deux manières d’utiliser des produits phytosanitaires. Soit l’utilisation se fait en traitements préventifs, c’est-à-dire qui empêchent le développement de ravageurs ou constituent un barrage aux champignons. Soit l’utilisation se fait en traitements curatifs pour éradiquer rapidement les ravageurs ou maladies indésirables.

Il existe différents types de produits phytosanitaires : Tout d’abord, il faut prendre en compte les herbicides qui permettent de lutter contre les adventices. Un adventice en agriculture, c’est un type de plante, que l'on nomme communément plantes nuisibles ou mauvaises herbes, qui sont des plantes annuelles ou bisannuelles, des plantes vivaces ou des plantes parasites. Ces adventices peuvent nuire à la bonne croissance et à la bonne levée des semences et peuvent donc nuire à la productivité d’une culture. Le produit phytosanitaire herbicide peut être utilisé en traitement préventif à la pré-levée comme anti-germinatifs (destruction des graines) ou en racinaires systémiques (destruction des parties aériennes, racinaires et des graines). Mais, un herbicide peut être utilisé aussi en traitement curatif à la post-levée comme herbicide foliaire de contact (destruction des parties aériennes) ou comme herbicide foliaire systémique (destruction des parties aériennes et racinaires), ou herbicide racinaire systémique. Avec un herbicide systémique, le produit migre et agit dans tout le végétal tandis qu’avec l’herbicide de contact, le produit n’agit qu’à l’endroit où il est déposé, il ne migre pas.

Deuxièmement, les produits phytosanitaires fongicides qui permettent de lutter contre les maladies cryptogamiques. Un fongicide peut aussi être utilisé en traitement préventif, pour des traitements de semence par enrobage ou pour le blocage de la germination des spores. En traitement curatif, le fongicide va perturber des cycles métaboliques du champignon, bloquer la division cellulaire, altérer les membranes cellulaires, bloquer la synthèse des protéines, enzymes…

Troisièmement, les produits phytosanitaires insecticides qui permettent de lutter contre les insectes ravageurs. L’insecticide est utilisé en traitement préventif pour des traitements de semence également (enrobage) et en traitement curatif par inhalation c’est-à-dire que l'insecticide atteint l'insecte par sa respiration ou par contact, les gouttelettes touchent directement l'insecte ou bien par ingestion, l'insecte mange la plante traitée.

Quatrièmement, il existe aussi des produits phytosanitaires acaricides, des molluscicides, des rodencides, des nématicides, des taupicides, etc...

Il y a différents modes de diffusion de ces produits phytosanitaires. Les Trans laminaires de contact entrent dans la plante via le cuticule (couche protectrice qui recouvre les organes aériens des végétaux) mais ne circulent pas dans la plante. Les produits phytosanitaires systémiques (ascendants ou complets) entrent dans la plante et sont diffusés dans la plante par la sève de façon ascendante et descendante.

Quelles réglementations pour les produits phytosanitaires ?

En Europe et dans la plupart des pays, les produits phytosanitaires doivent être homologués, et autorisés pour un ou plusieurs usages. Les autorisations de produits phytosanitaires sont délivrés par un usage précis (culture, bio-agresseur, dose, etc...) sur la base de critères d'efficacité mais également d'acceptabilité des risques vis-à-vis de l'Homme et de l'environnement. La liste des réglementations et très longue mais en voici quelques exemples : La protection des pollinisateurs car les pollinisateurs sont des alliés précieux en agriculture. C'est pourquoi, afin de les protéger, l'Arrêté du 28 novembre 2003 interdit l'utilisation des traitements insecticides ou acaricides pendant les périodes de floraison et de production d'exsudats. Un autre exemple est le contrôle périodique des pulvérisateurs: depuis le 01/01/09, il est obligatoire de réaliser un contrôle technique périodique des pulvérisateurs afin de garantir le bonne qualité de la pulvérisation de produits phytosanitaires. Le dernier exemple consiste aux bonnes pratiques des produits phytopharmaceutiques : l'Arrêté du 4 mai 2017 prévoit des dispositions encadrant la mise sur le marché et l'utilisation des produits phytopharmaceutiques et leurs adjuvants.

Quelle est la liste de produits phytosanitaires homologués ?

L’agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (ANSES) publie une liste des produits phytosanitaires homologués sur le marché français. Les informations sont disponibles sur le site E-phy.

Il existe énormément de produits phytosanitaires mais voici quelques noms. L’isoproturon par exemple, est un produit phytosanitaire systémique racinaire qui passe dans la solution du sol pour être absorbé par les racines. Le pendiméthaline est une substance active de produit phytosanitaire herbicide (systémique de contact). Il est absorbé dans les premiers centimètres du sol, il agit sur les adventices germants. Le bifénox est une substance active de produit phytosanitaire herbicide (foliaire de contact), lorsqu’une goutte est déposée, il s'agit de l'équivalent d'une brûlure.

Les produits phytosanitaires adjuvants listés sur le site sont les suivants: Actimum, Adigor, Agora, Altima, Bellagio, Cantor, Citowett, Ecobor, Ecostar, Foxy SG, Heliosol, Herbifix, Kalea, Maxima, Mix-In, Perform, Servius et bien d’autres.

Il faut également savoir que le nom des produits phytosanitaires peut être amené à changer en fonction des régions et des marques. Suivant les marques, des produits ayant les mêmes substances actives peuvent avoir des noms différents.

Comment appliquer ses produits phytosanitaires ?

Voici quelques conseils pour les traitements racinaires: il faut appliquer le produit phytosanitaire sur un sol frais, que la teneur en argile du sol soit supérieure à 30% ou une teneur en matières organiques supérieure à 4% car ça neutralise le produit. Le sol devra être nivelé sans présence de mottes pour une meilleure efficacité lors de la pulvérisation.

Nous vous conseillons pour les traitements foliaires (traitements fongicides, ou les traitements post levée du maïs): d’appliquer les produits dans de bonnes conditions d’hygrométrie (supérieures à 60%) et température adaptée (variable en fonction des produits entre 8°C et 20°C). Pour ces produits phytosanitaires, une pluie suivant le traitement lave le produit et le rend inefficace. En cas de température trop élevée et d’hygrométrie faible, le produit ne pénètre pas dans la plante, son efficacité est réduite. Il est préférable de traiter tôt le matin ou tard le soir, car les conditions sont souvent optimales.

Les bonnes conditions de traitement doivent respecter un vent qui n’excède pas la force 3 (19km/h), le respect des zones de non traitement par rapport à un point d'eau de 5 à 100 mètres, le respect des délais avant récolte, le respect des délais de Ré-Entrée et la vérification du bon fonctionnement de son utilisateur. Il est primordial de se protéger lorsque l'on manipule ces produits par le biais d’équipements de protection individuelle spécialisée pour la manipulation de produits phytosanitaires.

Quelles sont les machines utilisées pour la pulvérisation de produits phytosanitaires ?

La plupart des agriculteurs en France possèdent un pulvérisateur afin de procéder à la pulvérisation des produits phytosanitaires ou d’engrais liquides. Il existe plusieurs types de pulvérisateur en agriculture : les pulvérisateurs à main, les pulvérisateurs à dos, les pulvérisateurs portés, les pulvérisateurs tractés et les pulvérisateurs automoteurs. Les pulvérisateurs traînés sont majoritairement utilisés en France suivi par les automoteurs et les portés. Ces modèles sont majoritaires car ils sont plus simples à couplés avec un tracteur et un pulvérisateur automoteur est machine à part qui permet de réaliser la pulvérisation à part. Les pulvérisateurs de ce type sont actionnés par un moteur électrique ou thermique auxilliaire électrique et peuvent être actionnés par la prise de force du microtracteur, du tracteur ou encore automoteurs. Un pulvérisateur dispose d’une cuve dans lequel le mélange eau-produit phytosanitaire est mélangé et mis sous pressions dans un système clos. Le liquide est mis sous pression (de 5 à 30 bars) et va être obligé de traverser les buses de pulvérisation calibrées, ce qui va le fractionner en très fines gouttelettes. Le liquide est donc projeté sur la surface à traiter et l’action des buses permet de bien mouiller les végétaux à traiter. Les buses sont généralement sur des rampes qui permettent de traiter sur des largeurs importantes. En France, les rampes de pulvérisateurs mesurent en moyenne 28 mètres et son généralement constituées d’acier. Les différents types de buses (buse à fente classique, buse basse pression, buse à injection d’air, buse type miroir) sont généralement assez uniformément utilisés par les agriculteurs français et varient en fonction d’une pression et d’un volume de bouillie spécifiques.

Quel est le coût de revient de votre activité de pulvérisation ?

La pulvérisation agricole peut revenir assez chère, surtout lorsqu’il faut investir dans une nouvelle machine de pulvérisation. Il est donc primordial d’avoir des informations précises sur les coûts associés à vos activités de pulvérisations. Le tableau suivant vous permet de voir le coût par hectare en fonction de la surface à traiter.

Prix de revient de vos activités de pulvérisations
SURFACE MOYENNE COÛT DU PULVÉ DÉBIT DE CHANTIER COÛT DE LA MAIN D’OEUVRE COÛT TRACTION COÛT TOTAL
240 hectares 8,70€/ha 5 Ha/h 4,4€/ha 3€/ha 16,1€/ha
1300 hectares 3,20€/ha 8 Ha/h 2,75€/ha 1,87€/ha 8€/ha
2000 hectares 7,10€/ha 12 Ha/h 1,83€/ha 1,87€/ha 9€/ha

Comment lire l'étiquette d'un produit phytosanitaire ?

Une étiquette sur chaque produit phytosanitaire informe sur la composition du produit, les risques liés à l'utilisation et les précautions d'usage. Voici un exemple type d'étiquettes où nous allons voir les indications obligatoires. Le nom du produit est généralement indiqué en gros en haut à gauche. Le numéro obligatoire Phyt'attitude.est indiqué de l’autre côté en haut à droite. Sur l’étiquette, un numéro d’appel d’urgence est également indiqué en cas de problèmes. Sur la section en dessous du numéro d’urgence, les substances actives sont indiquées avec la dose conseillée pour la pulvérisation. Le numéro d’autorisation de mise en marché est également indiqué car obligatoire légalement. Les informations sur la dose maximale autorisée et la restriction d'emploi et usage(s) autorisé(s). En bas à gauche, le nom et les coordonnées du fabriquant/distributeur sont indiqués afin d’avoir un maximum de transparence. Au milieu de l’étiquette est une étiquette de sécurité c'est-à-dire qu'elle contient le(s) symbole(s) et les indications de danger, les phases de risque (indique la nature du danger pour la santé humaine et l'environnement) ainsi que les conseils de prudence. Enfin, en bas à droite se trouve le numéro de collecte Adivalor.

Quelles sont les informations obligatoires sur une fiche de donnée de sécurité ?

La Fiche de Donnée de Sécurité (FDS) est un document informatif sur un produit chimique donné sur lequel les informations sur les dangers liés à l’utilisation de ce produit chimique sont clairement indiquées. Des informations sur les moyens de protection sont également disponibles afin de garantir une réaction adéquate en cas de contamination. La FDS est obligatoire pour tout produit dangereux et contient les informations suivantes : identification de la substance chimique, composition du produit, identification des dangers, actions de premiers secours, mesures de luttes en cas d’incendie, mesures en cas de dispersion accidentelle du produit, précautions de manipulation, stabilité du produit, les informations toxicologiques, les informations écologiques, les informations pour le transport du produit et les informations réglementaire sur le produit.

Qu’est-ce qu’une aire de remplissage pour produits phytosanitaires ?

L’aménagement d’une aire de remplissage et de lavage du pulvérisateur permet de limiter les risques de pollution ponctuelle par les produits phytosanitaires mais aussi d’apporter un confort d’utilisation lors du remplissage et du nettoyage du matériel. Lors du remplissage d’un pulvérisateur il est obligatoire de mettre en place un moyen permettant d’éviter tout retour possible de bouillie vers la ressource en eau et d’éviter tous débordements accidentels. Lors de la conception d’une aire de remplissage il faut respecter des normes strictes notamment sur la séparation des eaux usées qui ont été en contact avec les produits phytosanitaires.

Comment stocker des produits phytosanitaires ?

Les règles de stockage des produits phytosanitaires sont définies par le décret n°87-361 du 27 mai 1987 relatif à la protection des travailleurs agricoles exposés aux produits antiparasitaires à usage agricole. Suivant le code du travail, ces règles de stockage s’appliquent aux chefs d’entreprises dès lors qu’un tiers (salarié, stagiaire, bénévole, membre de la famille) travaille sous son autorité (situation très fréquente). Au-delà de certaines quantités, le stockage relève également du régime de déclaration ou d’autorisation au titre des installations classées pour la protection de l’environnement (code de l’environnement articles L511-1 et suivants).

Le stockage dans une exploitation agricole ne doit pas dépasser sur un même site les seuils suivants : quinze tonnes de produits phytosanitaires, cinq tonnes de produits toxiques solides (T), une tonne de produits toxiques liquides (T), deux-cents kg de produits très toxiques solides (T+), cinquante kilos de produits très toxiques liquides (T+).

Les conditions de stockage de produits phytosanitaires sont strictes. Il est obligatoire que le stockage soit dans un local phytosanitaire ou une armoire phytosanitaire réservée à cet usage, un local ou armoire aéré ou ventilé, un local ou armoire fermé à clé s’il contient des produits classés très toxiques, toxiques, cancérigènes, tératogènes ou mutagènes (la clé étant conservée par l’employeur). Dans le local phytosanitaire, il est interdit de priser, fumer, boire ou manger (affichage de cette interdiction). En cas de présence de matières facilement inflammables, la porte du local doit s’ouvrir vers l’extérieur. Les indications des fiches de données de sécurité doivent être prises en compte (température, incompatibilité...). Les installations électriques de ce local doivent être appropriées. Les produits doivent être conservés dans leur emballage d’origine (avec étiquette) jusqu’au moment de leur utilisation. Les produits phytosanitaires doivent être rangés séparément des autres produits sur des étagères non inflammables. Aucun produit ne doit être déposé dans et sous les escaliers, les passages et couloirs, à proximité des issues. Les ustensiles réservés à l’usage des produits phytosanitaires doivent être placés dans le local prévu à cet usage. Un extincteur à poudre ABC doit être placé à proximité du local, à l’extérieur. Les équipements de protection individuelle (EPI) doivent être placés dans une armoire-vestiaire individuelle destinée à ce seul usage et située dans un local autre que celui du stockage des produits. Et enfin, une réserve d’eau et des produits appropriés destinés au lavage immédiat des souillures accidentelles doit être disponible à proximité du lieu où sont préparés et appliqués les produits, en dehors du local de stockage.

Quelles sont les marques qui vendent les produits phytosanitaires ?

Il existe de nombreuses marques sur le marché des produits phytosanitaires mais certaines marques sont des acteurs historiques : Bayer Agri, BASF Agro, Syngenta, DowScience, DuPont et bien d’autres. Bayer Agri est la filiale agricole du groupe Bayer et commercialise principalement des produits phytosanitaires notamment des herbicides, des fongicides, des insecticides et des régulateurs. Les produits phytosanitaires Bayer sont : Adengo, Absolu Pro, Atlantis Pro, Biscoto, Decis Protech, Fosburi, Olblak Duo, Prosaro et bien d’autres produits. La filière agricole du groupe BASF est également une entreprise leader sur le marché des produits phytosanitaires avec une expertise sur la vente de produits adjuvants, fongicides, herbicides et insecticides. Syngenta est une entreprise suisse qui se spécialise dans la vente de produits phytosanitaires pour la protection des semences avant la levée mais aussi pour la protection des cultures après la levée. Les produits phares de la marque Syngenta sont : Alkera, Amistar, Axeo, Axial Pratic, Calibra, Cherokee, Colzor Trio, Daiko, Karate K et bien d’autres.

Une large gamme de produits phytosanitaires sur Agriconomie.com

Agriconomie vous propose une large gamme de produits phytosanitaires notamment des adjuvants, des fongicides, des herbicides, des insecticides, des molluscicides et des régulateurs. Nous vous proposons aussi de trouver les produits par types de cultures que vous pouvez avoir : betterave, colza, céréales, pomme de terre, maïs, tournesol et autres cultures. Nous vous proposons également des produits pour le bio contrôle comme des substances naturelles, des diffuseurs et des pièges.

Notre expertise se trouve également dans la vente de pièces agricoles : pièce tracteur, pièce de charrue, pièce de moissonneuse, pièce de semoir, pièce de vibroculteur, pièce pour round baller et pièce de pulvérisateur.

Agriconomie
Pour afficher les prix négociés dans votre ville Veuillez renseigner votre code postal

En cliquant sur « Voir les prix » vous reconnaissez avoir pris connaissance et acceptez les Conditions générales d'utilisation & vous consentez au traitement de vos données et reconnaissez avoir pris connaissance de la Politique de protection des données

Les informations demandées sont nécessaires au calcul des prix des engrais et aux échanges commerciaux. Les champs proposés sont obligatoires. Votre adresse email sera utilisée pour échanger avec vous dans le cadre de votre commande et vous envoyer nos newsletters (contenu technique, lettre d’information marché, offres commerciales, etc.). Vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement et d’opposition au traitement de vos données ainsi que du droit de définir des directives sur le sort de vos données après votre décès. Vous pouvez exercer ces droits dans les conditions prévues par la   Politique de protection des données et en envoyant un email à privacy@agriconomie.com. 
Les produits de cette catégorie étant dédiés à une utilisation professionnelle, vous confirmez que l’adresse email utilisée est dédiée à votre activité professionnelle.