Affiner ma recherche

Type de pièces

Arthur
Arthur - Expert Pièces
Trier par :
   
Produits par page :
Trier par :
   
Produits par page :

8947 produits

A quoi sert la moissonneuse-batteuse ?

La moissonneuse-batteuse sert à récolter principalement le blé, le maïs, l’orge ou encore le colza ou le riz. Elle permet d’extraire les grains des tiges des diverses cultures en réalisant de façon conjointe la coupe, la séparation, le nettoyage des grains et le broyage de la paille.

Un peu d’histoire

C’est un américain qui conçut la première moissonneuse mécanique, au XIXème siècle, suivie de près quelques années plus tard par le premier modèle de moissonneuse-batteuse. Auparavant, les opérations de coupe et de battage s’effectuaient manuellement et séparément. Ce n’est qu’au début du XXème siècle que les moissonneuses-batteuses arrivent en Europe. Elles ne sont pas encore autoportées.

Peu à peu, les machines se sont adaptées aux divers terrains et aux différentes cultures. Les techniques de récupération des récoltes se sont différenciées et les pièces de moissonneuse se sont diversifiées : becs pour le maïs, plateaux pour le tournesol etc, de même que les éléments de séparation des grains : mécanique ou pneumatique. Depuis une trentaine d’années, des capteurs se développent sur les moissonneuses-batteuses afin de réguler la vitesse d’avancement des machines, le débit de séparation des grains etc, et ont pu profité des technologies GPS de pointe.

Les grandes marques de moissonneuses

Les plus grands constructeurs agricoles ont bien évidemment développé leurs modèles de moissonneuses-batteuses. On retrouve ainsi : Fendt, Massey Ferguson, Claas, CASE IH, John Deere, New Holland, Deutz-Fahr etc. Claas se positionne en leader sur le marché ces dernières années.

Les organes constitutifs d’une moissonneuse moderne

Aujourd’hui, les moissonneuses batteuses sont des machines agricoles automotrices et dotées de divers systèmes de régulation électroniques.

Le principe d’une moissonneuse-batteuse repose sur trois éléments principaux : les organes de coupe (ou de cueillette pour le maïs), à l’avant, qui fauchent la récolte ; le convoyeur, qui amène les tiges et les graines jusqu’au batteur, situé à l’arrière, où se trouvent les organes séparateurs du grain et de la tige : les secoueurs et le broyeur.

Pour que l’ensemble du système fonctionne, l’opérateur en cabine gère les différents réglages et paramètres d’avancée et de vitesse des outils.

On peut regrouper ces informations sur un schéma représentatif :

Dans le détail, une moissonneuse-batteuse comprend : - une barre de coupe précédée de releveurs (lorsque les cultures sont couchées) ; - des diviseurs qui permettent de gérer la section de coupe ; - des rabatteurs et une vis d’alimentation pour favoriser le ramassage vers la barre de coupe puis l’envoi de la récolte vers le convoyeur ; - un convoyeur à chaînes qui récupère la récolte depuis la table de coupe vers les organes situés à l’arrière de la moissonneuse pour les opérations de battage ; - un batteur : engrenage permettant de retirer les grains des épis en les frottant sur un contre-batteur ; - des secoueurs : ils finalisent l’action du batteur en récupérant les grains encore attachés à la paille. - un système de nettoyage des grains par ventilation d’air sur tamis de tailles différentes, permettant de séparer les grains nus de leurs enveloppes et des restes des épis ; - une trémie : c’est l’élément qui récupère les grains ainsi nettoyés et sur laquelle est montée une vis de vidange des grains vers les remorques à l’extérieur ; - enfin : un broyeur : il récupère les débris ainsi que les tiges pour hacher la paille puis la vide à l’arrière de la machine pendant son fonctionnement.

Ces éléments peuvent différer d’une machine à l’autre, entraînant une différence dans la qualité de la récolte ainsi que dans le coût du matériel. Ainsi, on trouve aujourd’hui des moissonneuses-batteuses à rotors, plutôt qu’à secoueurs, ou bien des systèmes hybrides, avec battage par secoueurs et séparation par rotors, ce qui permet de mieux préserver la paille. Ces nouvelles machines gagnent chaque année en parts de marchés des ventes de matériel agricole. L’ensileuse, une machine agricole aux éléments similaires à la moissonneuse

L’ensileuse est une machine agricole aujourd’hui majoritairement autoportée, dont les caractéristiques techniques ressemblent à une moissonneuse batteuse. Elle permet de récolter des fourrages qui seront acheminés vers un silo où ils subiront un procédé fermentaire de conservation. En effet, elle fauche à l’avant grâce à des organes de coupe, achemine la récolte vers l’arrière de la machine, au niveau de systèmes de hachage, puis, grâce à un système de soufflerie, renvoie le tout vers une trémie de stockage ou bien une remorque à l’extérieur de la machine. Les ensileuses sont particulièrement utilisées pour l’ensilage de maïs. Ainsi, de nombreux éléments constitutifs des moissonneuses se retrouvent dans les ensileuses.

Entretien de vos équipements

Les moissonneuses et les ensileuses sont utilisées en saison estivale. Le reste de l’année, elles sont remisées et doivent faire l’objet d’une révision complète tous les ans. De plus, entre chaque utilisation intensive, un nettoyage et un graissage des éléments constitutifs est nécessaire. Le lavage s’effectue à l’eau claire, et doit être suivi d’un séchage afin d’éviter l’accumulation d’eau dans les composants. Les pièces d’usures doivent être vérifiées et changées au besoin. La poussière accumulée sur la carrosserie doit être enlevée afin de ne pas endommager les pièces ou ralentir les travaux, bien qu’aujourd’hui les éléments sensibles comme les capteurs sont dotés de systèmes résistants à la poussière.

A noter : il est important de veiller à nettoyer ses machines de récoltes d’une parcelle à l’autre, afin d’éviter la propagation d’adventice sur un sol sain, de même qu’il faut adapter son calendrier de récolte en commençant par les parcelles les moins infestées.