Affiner ma recherche

Marque

Modèle

Type De Buse

Couleur

Angle (°)

Matière

Arthur
Arthur - Expert Pièces
Trier par :
   
Produits par page :
Trier par :
   
Produits par page :

27 produits

Les produits ci-dessous sont universels
supprimer la sélection

1) Qu'est-ce qu'une buse et à quoi cela sert ?

En agriculture, les buses agricoles sont les pièces maîtresses de l’épandage d’engrais ou de produits phytosanitaires sous forme liquide, mais elles servent aussi dans de multiples usages (lavage, systèmes de refroidissement, séchage etc.).

Ainsi, elles servent au poste de pulvérisation dans de nombreuses cultures : viticulture, arboriculture et grandes cultures pour les principales applications.

Les buses forment et diffusent les gouttelettes et permettent de couvrir de manière homogène les surfaces agricoles. Elles sont montées le plus souvent sur des systèmes de rampes, elles-mêmes liées à un ensemble d’éléments constituant une machine agricole appelée pulvérisateur, porté par un tracteur. Ainsi, le liquide contenu dans la cuve de pulvérisation est acheminé jusqu’aux buses qui, selon leurs caractéristiques, le disperseront en jet dont la pression, le volume et la forme seront déterminés par des réglages préalables. En outre, il existe divers systèmes internes permettant de diviser le liquide pour former des gouttes : la force centrifuge (la vitesse de rotation d’un disque sur lequel arrive le liquide le fractionne en gouttes), la mise en pression du liquide (qui, arrivé en sortie de buses, retrouve une pression normale et forme des gouttelettes) ou encore la pression de l’air (c’est l’air au contact interne des buses qui est sous pression et qui engendre une division du liquide en gouttes).

2) Quelles sont les différents types de buse ?

Les deux principales buses utilisées sont les buses à fente et les buses à injection d’air : - les buses à fente : elles redirigent simplement le liquide acheminé grâce à leur orifice, de taille variable, elles ont une projection puissante et efficace et s’adaptent facilement à tout type de pulvérisateur, néanmoins, elles sont sensibles au vent sous forte pression ; - les buses à injection d’air : de l’air est mélangé avec le liquide et envoyé dans les gouttes afin d’en augmenter le volume et de permettre de réduire la dérive lors de leur pulvérisation, elles existent sous divers formats pour répondre à des attentes environnementales, climatiques et règlementaires. Elles sont de plus en plus utilisées.

Ces buses peuvent avoir des caractéristiques morphologiques spécifiques pour des applications différentes : buses à jet plat, buses à filets (plusieurs jets dans des directions différentes), buses à cônes (répartition inégale des gouttes), etc.

Mais il existe aussi d’autres types de buses comme les buses à basse pression, à pastilles de calibrage, à effet miroir etc. Chaque fabricant recommande un type de buse en fonction des caractéristiques du terrain, des conditions de pulvérisation et des besoins de l’utilisateur.

3) Comment choisir sa buse ?

Le choix d’une buse s’effectue selon plusieurs critères : - spécificités du terrain : reliefs plus ou moins marqués, largeur de la surface à pulvériser, respect des ZNT etc. - conditions météorologiques : hygrométrie ambiante, pluviométrie, vitesse du vent - surface à traiter : toute la parcelle (pulvérisation « en plein ») ou une partie (pulvérisation « en bandes »)

Une buse se définit par son rapport débit/pression. En effet, sa morphologie génère des gouttes plus ou moins fines et plus ou moins puissantes. Une norme ISO permet d’identifier à l’œil nu les différents débits de buses grâce à un code couleur. Les peuvent être agrémentés de pastilles de calibrage et leur efficacité dépendra de leur usure relative et de leur résistance aux acides et matières corrosives notamment. Ainsi, les buses existent dans des matières différentes : céramique, laiton, acier, PVDF etc. Pour vous aider à faire votre choix de buses, reportez-vous au système BCPC de classification internationale de pulvérisation. Il donne l’ensemble des éléments constitutifs de la qualité du jet : type de buse, angle, débit. Vous retrouvez les éléments de cette classification sur l’étiquette des articles que vous achetez.

4) Quelles sont les grandes marques de buses ?

Les marques les plus courantes de buses pour application agricole sont : Teejet, Albuz, Nozal, Lechler, ou encore Hardi. Elles présentent des technologies de plus en plus efficaces pour lutter contre la dérive et permettent une couverture homogène et efficaces en fonction des cultures et des cibles à traiter : application foliaire, systémique, racinaire etc.

5) Comment entretenir ses buses ?

Des dépôts et impuretés peuvent se retrouver au cours du temps dans vos buses. Aussi, il est recommandé de les nettoyer régulièrement à l’eau chaude et au moyen d’une brossette. Evitez de souffler ou d’introduire des éléments à l’intérieur de la buse. De plus, il est conseillé de changer ses buses usées tous les ans si l’on souhaite une efficacité optimale de pulvérisation, en effet, les risques de surapplication liés à une déformation des buses sont courants. Si l’on observe aucun défaut externe sur ses buses, il faut tout de même procéder à un étalonnage du débit avant chaque début de saison pour vérifier la conformité des éléments par rapport aux caractéristiques techniques annoncées. Pour cela, il suffit de remplir la cuve d’eau et d’effectuer une pulvérisation courte en recueillant les volumes dans une éprouvette et de les comparer aux données fournisseur.

6) Quelles sont les accessoires et autres pièces importants pour le bon fonctionnement d’une buse ?

Une buse est montée sur un porte-buse, élément permettant d’orienter les jets, de gérer la pression à l’arrivée du liquide dans la buse etc. Une buse peut être constituée d’éléments internes comme des filtres, des joints d’étanchéité, des écrous, crépines etc. Tous ces systèmes renforcent l’efficacité de la buse. De plus, les vannes et manomètres du pulvérisateurs sont des éléments dont l’état doit être vérifié régulièrement pour un travail de pulvérisation correct. A noter : la pulvérisation à bas volume de liquide projeté est de plus en plus développée, car elle permet des économies d’apports d’intrants. Elle engendre une adaptation des techniques de pulvérisation et une bonne adéquation avec l’hygrométrie environnante. Ce sont les réglages de votre pulvérisateur qui seront à affiner plutôt que le type de buse choisi : augmentation de la vitesse d’avancement, réduction du débit en sortie de buses (de petit calibre de préférence). A savoir : le Ministère de l’Agriculture a récemment actualisé la liste des équipements homologués pour réduire les ZNT (voir Instruction technique DGAL/SDQSPV/2017-437 22/05/2017)